Les pépites de la rédaction vous présentent : Ori and the Blind Forest

Les pépites de la rédaction Ori and the blind forest SuccesOne.fr

Alors que sa suite, Ori and the Will of the Wisps, sort le 11 mars et que des premiers aperçus très encourageants sortent chez les gros sites du jeu vidéo, j’ai décidé de relancer son grand frère : Ori and the Blind Forest. Aujourd’hui encore le voyage féerique de Moon Studios vaut le coup, explication…

Sorti le 11 mars 2015, oui, Ori original soufflera sa cinquième bougie quand sa suite arrivera sur nos Xbox One, le jeu de Moon Studio avait fait l’effet d’une sacrée bombe dans le catalogue de Microsoft. Le jeu a des allures de conte, on nous y raconte l’histoire d’Ori, un petit être orphelin qui va être pris sous l’aile de l’adorable Naru une créature aux allures rondouillardes. Malheureusement pour eux, la jolie petite histoire tourne vite au drame lorsque leur havre de paix, la forêt de Nibel, se retrouve sans vie ni ressource après que la chouette Kuro s’attaqua à l’Arbre aux Esprits. Naru meurt de faim en s’occupant d’Ori, et voilà notre héros abandonné dans cette forêt, désormais habitée par les ténèbres et ses créatures.

Ce mélange entre conte merveilleux et ambiance sombre est l’une des plus grandes forces d’Ori and the Blind Forest, le jeu est narré avec maestria grâce notamment aux interventions d’un narrateur qui commente les événements tout en nous donnant des éléments sur le passé des personnages. Tout cela est sublimé par une réalisation graphique et musicale splendide, le jeu de Moon Studio prouve que pour exploser la rétine des joueurs il n’est pas nécessaire d’avoir les plus belles textures du monde, des personnages ultras réalistes ou encore des mondes en « open-world » XXL… Parfois, il suffit tout simplement de faire parler ses artistes, surtout quand ils sont aussi talentueux. Chaque environnement fourmille de détails et de vie, l’arrière-plan, comme le premier sont souvent mis à contribution : une bestiole qui passe en ombre devant, le vent qui souffle sur les environnements au fond de notre écran. La gestion des lumières est bluffante tout comme les effets d’eau ou de brume, on a affaire à un sans faute, et le jeu a le bon gout de souvent varier ses environnements et ses palettes de couleurs à l’écran. Composé par Gareth Coker, qui reviendra pour le second épisode, les musiques du jeu sont parfaitement dans le ton et permettent à certains moments du jeu, de gagner grandement en épique, comme lors des séquences de fuites des donjons.

En matière de jeu, on a affaire à un « Metroidvania-like ». Pour les néophytes il s’agit d’un jeu de plateforme/action avec un grand accent mis sur l’exploration et les allers-retours. On acquiert des pouvoirs qui nous débloquent de nouvelles zones et des secrets, bref vous connaissez Super Metroid, Castlevania Symphony of the Night ou encore Guacamelee ? Vous pouvez rapprocher Ori de ces jeux. C’est cependant un « Metroidvania » assez linéaire, rarement vous serez perdus dans le jeu vu que les cartes sont très facilement débloquables. Néanmoins Ori and the Blind Forest n’est pas pour autant un jeu facile, bien au contraire, le jeu propose pas mal de défi avec des phases de plateformes assez retord et des affrontements qui ne pardonne pas. Mais pour autant, le jeu ne tombe pas dans le parcours de combattant bête et méchant, grâce aux « liens d’âme » qui sont des petits checkpoints que vous pouvez poser à tout moment, moyennant un point d’énergie. Avec un peu de malice et d’ingéniosité, une salle qui semble infranchissable peut être surmontée avec une balise bien placée. Une idée qui équilibre parfaitement la difficulté du jeu et qui fait pas mal du charme du jeu de Moon Studio.

Il vous faudra une dizaine d’heures pour boucler le jeu, et pour nos amis les chasseurs de succès les 1000G restent difficilement atteignables vu que certains des succès demandent de finir le jeu en trois heures ou encore de le finir sans mourir. Pour ma première partie, en 2015, j’ai facilement dépassé les 500 échecs. Bon courage ! Mais si monter votre Gamerscore sans atteindre le score parfait ne vous gêne pas, dites-vous qu’Ori possède une « Definitive Edition » rajoutant 250G, pas mal de contenu, et surtout les progressions entre les deux jeux en termes de succès ne sont pas partagées. Pour ceux qui ne possède pas le Xbox Game Pass, Ori and the Blind Forest est disponible à 19,99 € que se soit en version classique ou définitive, donc autant foncer sur la plus complète. En tout cas, écrire ses quelques lignes a ravivé mon excitation pour Ori and the Will of the Wisps, et je vous partagerai mon enthousiasme sur SuccesOne pour un test dès que possible !

Atome

Ecrit par : AtomTimmy

2 Commentaires :

Rejoindre la discussion

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces