SAMURAI SHODOWN

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Test Samuraï Shodown

Licence trentenaire, mais toujours dans l’ombre des grands du marché comme les sagas Street Fighter ou encore King Of Fighter. Samuraï Shodown pour l’occident mais aussi appelé Samuraï Spirit au Japon, est peut-être trop axé sur la culture japonaise qui parle beaucoup moins aux gens que les autres titres plus cosmopolites. Pourtant Samuraï Shodown ne démérite pas, loin de là, avec sa patte graphique et sa moisson d’armes blanches hétéroclites. Je vous promets un test qui ne va pas manquer de tranchant !

Un véritable Kabuki

Le jeu va vous faire plonger à pieds joints dans la culture nippone, juste déjà la voix du commentateur entièrement en japonais. Pour celui qui se laisse porter par le thème, la magie va opérer et on se verra même répéter en chœur la phrase dite par la voix off avec un accent plus qu’approximatif. On arrive dans les menus avec des kanjis de partout, comme dans tout jeu du genre, il y a les classiques mode Histoire, Versus, En ligne, Entraînement et d’autres comme le Dojo ou la Galerie. Le mode Histoire est basique et vous raconte une histoire qui change seulement sur certains points pour introduire les protagonistes et nous fait enchaîner les combats jusqu’au boss final Shizuka ( je vous ne gâche pas la surprise, mais vous allez souffrir ! ). Le mode Versus pour vous frotter au CPU ou à un ami en local, inclut dans celui-ci vous aurez le mode Survie qui vous fera enchaîner les combattants jusqu’à votre mort ou encore le Contre la montre dans lequel vous devrez vaincre un maximum d’opposants pour espérer grappiller quelques secondes après chaque victoire. Le mode En ligne vous fera vous frotter aux joueurs du monde entier, enfin plus souvent des américains ou japonais car au niveau européen c’est le désert. En partie classée vous engrangerez des points pour trôner fièrement dans le classement ou en mode Casuel pour jouer sans compétition. J’ai bien aimé le mode Dojo qui permet de se battre contre le fantôme de véritable joueur, un peu comme les Drivatars de Forza. Je vous conseille de passer par le mode Training pour bien prendre en main vos personnages afin d’être opérationnel dès le début sinon vous allez prendre quelques déconvenues dans vos premiers combats. Le mode Galerie est simplement là pour revoir les cut-scenes et autres récompenses glanés pendant le mode Histoire, afin de vous remémorer l’épopée de chaque personnage. La seule originalité du titre vient justement de son côté Kabuki, le célèbre théâtre japonais, après on adhère ou pas mais il est quand même bon de se laisser porter par cette mise en scène haute en couleur.

Rien qu’une lame dans tes yeux …

Dans ce titre, c’est la foire aux armes blanches entre les katanas, épées, faucilles et autres joyeusetés pour s’en payer une bonne tranche. Qui dit Japon dit samouraï, logique vous me direz mais il est à noter que c’est une grande majorité du roster comprenant 18 combattants en tout. Ils ont leurs propres styles et leurs enchaînements sont tous différents, il faudra donc tout réapprendre à chaque changement de personnage pour se l’approprier correctement. Pour varier les plaisirs, on peut trouver des compagnons avec certains protagonistes comme Galford et son chien ou Nakoruru et son aigle, ils ne sont pas là juste pour décorer mais ils participent à la joute pour prêter main-forte à leurs maîtres. La maniabilité est d’ailleurs très accessible, après une petite familiarisation des touches et manipulations à opérer pour tirer pleinement parti de votre combattant. Le jeu s’appréhende avec trois touches pour l’arme X, Y et B, une touche pour le pied A. Le coup faible avec X, le coup moyen avec Y et le coup fort avec B, et quand je vous dis « coup fort », il est vraiment fort et la barre de vie diminuera à vue d’œil à chaque coup réussi. Mais attention, il est aussi plus lent et donc l’adversaire peut plus facilement esquiver voir vous placer un contre qui fera mal. Les manipulations pour les coups spéciaux sont les mêmes pour tous les personnages, avec LS-BASLS-BAS-GAUCHELS-GAUCHE ou LS-BASLS-BAS-DROITELS-DROITE associé aux touches ABXY pour créer des projectiles ou faire des enchaînements de quelques Combos. Sachez qu’ici vous irez rarement au delà d’une quinzaine de coups données lors des attaques, cela n’est pas nécessaire au vue de leur puissance qui font vite fondre la barre de vie. Si vous voulez faire des dégâts procéder au coup ultime avec LS-DROITELS-GAUCHELS-BAS-GAUCHELS-BASLS-BAS-DROITELS-DROITE + BA, à condition d’être bien placé pour avoir l’opposant à porté de lame. Des raccourcis sont disponibles avec les touches LB, RB et LT, RT qui facilitent grandement la sortie des coups spéciaux pour en mettre plein la tête à l’autre. D’ailleurs un coup que je trouve un peu « cheater », il suffit d’appuyer sur LT ce qui vous fera rentrer en mode rage et une autre pression sur la touche déclenchera le coup Lame Eclaire, qui fera jaillir une gerbe de sang du poitrail adverse, et effacera une moitié de barre de vie. Il est réalisable qu’une fois par combat, pour éviter d’en abuser car c’est efficace et peut faire changer le cours de la confrontation. En mode « Rage » vous pourrez aussi désarmer votre adversaire avec LS-BASLS-BAS-DROITELS-DROITE + LB, pour le rendre vulnérable le temps qu’il l’a récupère. Vous avez aussi la possibilité d’esquiver avec RB, quand on vous envoie une pluie de projectiles ce qui peut être utile si on oublie de se protéger avec sa garde ( touche LS-GAUCHE ). A vous après d’essayer les différents styles proposés par les personnages et de voir celui qui vous convient le mieux dans ses attaques. J’ai eu un faible pour Hoahmaru avec qui j’ai un bon feeling mais Genjuro est aussi intéressant avec ses combos dévastateurs mais là c’est à vous de voir et de tester, car les styles sont différents et un personnage peut ne pas convenir à tous.

Les voyages forment le samouraï

Le style du jeu est plutôt propre avec ses décors en 3D et les personnages en Cel-shading qui se déplacent sur un plan en 2D, les sprites sont d’ailleurs d’une bonne taille avec des géants comme Earthquake qui couvre une bonne partie de l’écran. Pour le côté spectaculaire, des gerbes de sang gicleront à chaque coups et vous en aurez de ce fait sur votre personnage qui pourra finir couvert du sang de ses opposants. Vous allez pouvoir vous battre dans 16 niveaux qui sont principalement en Asie, mais vous pourrez aussi aller en France ou encore sur un galion en plein Pacifique. Ici rien de destructibles et les spectateurs réagiront en fonction de vos exploits exceptionnels ou pitoyables. C’est là que l’on rentre à fond dans le l’immersion japonaise entre la voix du speaker et les décors typiques comme les champs de fleurs, les cerisiers en fleurs ou encore les temples indissociables de la culture nippone. Chaque fin de combat se ponctue par une animation sympathique de votre avatar qui range son arme ou effectue une autre action montrant son entière satisfaction d’avoir gagné les deux manches. Même sur l’écran de fin après la victoire, il ira de sa petite phrase sur son adversaire et ce ne sont pas toujours des gentillesses qui seront dites. Vous allez être en plein folklore nippon avec ce titre, après ça en rebutera sûrement plus d’un mais si on se focalise sur l’essence même du jeu, il vaut la peine d’être essayer. Le simple fait de ressentir les coups que l’on donne avec son arme est purement grisant et une fois pris dedans, on enchaîne les parties. Surtout on sent sa progression et on se surprend à mettre un « Perfect » au CPU ou à un autre joueur au bout du monde.

Pour le petit encart sur la complétion du jeu, c’est un total de 45 succès qui vous rapporteront 1000 G. Vous aurez d’ailleurs fort à faire pour les obtenir tous mais on vous fait confiance pour réussir cette mission.

J’ai clairement aimé le jeu qui m’a fait passer de très bon moment. Certes j’ai pu remarquer des temps de chargement un peu long, je suis sur Xbox Series X pourtant, et que le mode Histoire aurait pu dévoiler plus d’informations sur les protagonistes car au final on en apprend peu sur eux. Le jeu reste assez simple dans sa mécanique si on le compare aux jeux de combats qui peuvent présenter plus de challenge dans l’élaboration des enchaînements et autres coups spéciaux. Sans être exempt de défauts, je recommande chaudement ce titre, qui par ses atours japonisants, peut déplaire mais il faut dépasser cela. Vous aurez le plaisir de prendre part à des joutes jouissives qui deviendront de plus en plus spectaculaires au fur et à mesure de votre progression qui est somme toute assez rapide. Pour information le titre est Smart Delivery et optimisé pour les Xbox Series X|S, vous le trouverez à 59,99€ sur le store. Je retourne aiguiser mes katanas et j’espère vous croiser sur le live pour échanger quelques coups ensemble.

La version testée nous a été fournie par l’éditeur, un grand merci à eux.

Points positifs

  • La jouabilité au poil
  • Graphisme au top
  • L'ambiance globale du jeu

Points négatifs

  • Certains temps de chargement
  • Mode histoire trop commun
  • Il faut aimer l'univers pour apprécier le jeu
8
Series Vince

Ecrit par : Beefcake616666

Rédacteur sous NDA.

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces