RESIDENT EVIL 2

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Si il n’a fallu que 6 ans à Capcom pour refaire son Resident Evil original, les joueurs auront dû attendre 21 ans pour voir un traitement similaire appliqué à sa suite. En deux décennies Shinji Mikami, le papa de la saga, et Hideki Kamiya, le réalisateur de Resident Evil 2, ont quitté le bateau Capcom et avaient laissé la saga mutée au fil des années. Aujourd’hui et après un gros virage action amorcée par le quatrième épisode, la série renoue avec la recette originelle, Capcom souhaite avec son Resident Evil 2 millésime 2019 transformer l’essai de Resident Evil 7… Alors avec sa vingtaine d’années et son statut de jeu culte, Resident Evil 2 arrive-t-il à prouver que l’éditeur japonais a de nouveau le feu sacré pour sa sage zombiesque ?

UNE NUIT EN ENFER

A-t-on vraiment besoin de présenter en 2019 le scénario de Resident Evil 2 ? La ville de Racoon City ravagé par une invasion de zombies sera le théâtre d’un cauchemar grandeur nature pour nos deux héros. Leon Kennedy qui s’apprêtait à vivre sa première journée en tant qu’agent de la paix au commissariat de Racoon City et Claire Redfield à la recherche de son frère dont elle est sans nouvelle. Les habitués de la licence qui auront lu en diagonale les premières lignes de ce test se rendent compte que le pitch de départ n’a absolument pas changé. Comme tout bon remake Resident Evil 2 ne joue pas la carte de l’audace scénaristique ; car à part 2 ou 3 nouvelles scènes et des réécritures dans certains passages ( coucou Ada et Sherry ) rien de neuf pour bouleverser le RE-verse. Si sur le plan du scénario et de l’écriture, RE2 est un remake  » facile « , on comprend vite une fois la manette en main que l’ambition était ailleurs.

En 1998 sur les téléviseurs à tube cathodique de l’époque, Resident Evil 2 était un monument d’ambiance avec son commissariat jonché de mort, ses rues emplît de chaos, ses plans de caméra fixe et la maîtrise du hors champ qui en découlait. Si on pouvait craindre que l’abandon des caméras fixes au profit d’une à l’épaule plus moderne allaient nuire à la peur, vous pouvez être rassurés, les frissons sont toujours présents. L’atout majeur du jeu reste l’ambiance avec un combo « jeu de lumière/son » absolument bluffant, on connaissait déjà les atouts du RE Engine avec le septième épisode qui nous avait montré que le moteur était impressionnant. Autant le dire d’entrée de jeu, cet épisode réussit un Sans-Faute sur sa partie ambiance, comme je l’ai cité plus haut. C’est cette maîtrise parfaite des éclairages, avec notamment la lampe torche qui éclairera la majeure partie de notre progression dans ces couloirs bondés de sang et de corps putréfiés. La partie sonore elle s’en tire avec les mêmes honneurs avec sa spatialisation du son qui sera aussi votre meilleure alliée pour repérer les menaces environnantes. En exemple, les griffes des Lickers claquant le parquet et le plafond, ou lorsque vous refusez d’avancer un pas de plus dans ce couloir sombre où vous entendez grogner plusieurs zombies, avec 3 misérables balles en poche.

LICKER DE FRUIT

Resident Evil 2 est donc une référence en termes d’ambiance, mais aussi de rythme. Lors de ses 2 campagnes principales durant entre six et sept heures de jeu, le titre embarque avec facilité le joueur dans son aventure menée tambour battant. Du commissariat, aux égouts en passant par les laboratoires, jamais le rythme ne baisse. Les allers-retours inhérents à la série sont plutôt bien gérés pour ne jamais être redondants grâce à des déblocages de raccourci et des ennemis un peu plus… costaud. Vous risquez de vous souvenir de votre second passage au commissariat, avec l’arrivée du Tyran invincible qui vous traquera dès qu’il entendra le bruit de vos coups de feu. Un aspect  » Resident Evil 3 Nemesis  » malin qui nous oblige sans cesse à nous servir du très bon level design pour lui échapper, ce « Mister X » permet de pimenter des zones de jeu déjà expérimentées et explorées. Le scénario, bien que très cliché et pas très profond, est suffisamment bien rythmé pour pousser le joueur à voir toujours plus loin, et c’est là l’essentiel.

Le jeu de Capcom ne renie pas ses origines et porte dans son ADN tous les génomes de la saga Resident Evil. Des codes qui n’ont pas grand-chose à voir avec les standards des jeux horrifiques de 2019. Ici la gestion de la peur et de la tension ne se fait pas qu’avec le travail d’ambiance évoqué en amont, mais aussi (surtout ?) par la gestion des ressources et de son stock. Dans les couloirs du commissariat, chaque emplacement de votre inventaire devra être géré avec parcimonie ; en sachant que chaque soin, chaque arme, chaque item susceptible de régler une énigme ou chaque type de munitions prendront une place précieuse dans votre chère sacoche, qui vous paraîtra bien vite étroite. Des conventions classiques pour les habitués de la saga qui savent tous aujourd’hui comment organiser leur inventaire comme des grands pour optimiser leur va-et-vient vers les coffres magiques toujours présents dans les save-room.

Ce type de contrainte peut paraître un peu archaïque aujourd’hui surtout quand on se rend compte que tout objet éjecté de son inventaire se retrouve supprimé. En 2019 il semblerait logique que nos personnages puissent poser les objets par terre surtout quand on sait que l’épisode 0 avait déjà ce genre de petit ajout agréable. Resident Evil 2 est donc un jeu qui impose à ses joueurs certaines contraintes de game design assez arbitraire. Tant pis si les nouveaux venus pestent lorsqu’ils devront lâcher leurs précieuses balles pour récupérer le dernier médaillon pour progresser. La frontière entre le vieillot et le classicisme est mince et nul doute que les choix assumés par Capcom hérisseront quelques poils.

ROCKET RACOON

Il serait cependant mal honnête de dire que ce remake n’est qu’un jeu de 1998 avec une caméra d’épaule. Le jeu a suffisamment de bonnes idées amenées par l’évolution de la licence ou d’ailleurs. À commencer par l’utilisation défensive des couteaux/grenades pour s’échapper de la prise d’un ennemi (quel qu’il soit). Les poudres et leurs mélanges permettant de crafter des munitions sont de retour afin de privilégier son type de munitions préférentiel ( et accessoirement se servir plus facilement du fusil à pompe de Léon ou des grenades acides de Claire ). Élément central dans le trio Resident Evil 4-5-6, la localisation des dégâts a été revue dans ce remake, si un headshot bien placé peut toujours faire sauter le caisson d’un zombie et s’assurer de son élimination définitive. Les balles dans les jambes ou les épaules ne permettent plus d’enchaîner un zombie au corps à corps. Pour vous dire, un mort vivant à terre rampant ne peut même pas être écrasé, histoire que la menace reste le plus longtemps possible. Ici on a affaire à des zombies très résistants, compter 3-4 balles dans la tête pour espérer voir un zombie s’écrouler à terre. Il sera donc judicieux de profiter de la physique du jeu et faire chuter un zombie en lui arrachant la jambe avec 2-3 balles bien placées pour qu’ils rampent au sol, ralentissant et faisant chuter ses confrères. Une nouveauté bien vue et permettant plus de contrôle dans les couloirs étroits du jeu.

Si Resident Evil 2 ajoute des petites idées ici et là pour assouplir un peu son gameplay d’origine, il oublie cependant de rectifier un gros souci du jeu original, les redites inhérentes à son scénario double face. Si en 1998 les deux scénarios étaient très similaires à l’exception de 2-3 boss et arcs scénaristiques ( Ada pour Léon et Sherry pour Claire ) cette formule 2019 ne trouve pas bon de modifier cet aspect. Il en découle des scénarios A et B identiques et une grosse impression de redite lors du run  » B  » du second personnage. Alors oui, Mr.X et les Lickers sont présents bien plus rapidement, boostant mine de rien la difficulté d’entrée. L’arsenal est différent et comme dit plus haut, un arc scénaristique est pour le coup totalement inédit à chaque personnage. Mais on parle ici de séquences de 15-20 minutes pas suffisamment marquantes pour justifier un scénario différent. Mais là où le bât blesse, c’est surtout dans le nombre d’incohérences que cela amène dans le récit. Vu que Léon et Claire vont affronter les mêmes boss au même endroit, résoudre les mêmes énigmes d’un scénario à l’autre, on se demande comment en 6-7h les héros n’arrivent qu’à se croiser deux fois tout au long de l’aventure. Alors oui ces défauts peuvent paraître d’être de l’ordre du chipotage, mais il est dommage de ne pas avoir consolidé les liens de Leon et Claire lors de l’aventure et rendre le déroulement moins incohérent.

SUPPLÉMENT TOFU

Fidèle à la formule Resident Evil, le jeu propose plein de bonus pour les amateurs de défi et de 100 %. Tout dépendra de votre aptitude à refaire le jeu encore et encore dans ses 4 variations de scénarios, débloquer les rangs S, les armes bonus, les costumes, les munitions infinies… Nul doute que les fans de la formule de cet épisode auront de quoi faire ; surtout si on leur sert un mode 4th survivor avec un HUNK surarmé. Celui-ci doit faire la quasi-totalité du jeu à l’envers pour sauver sa peau. Ou encore un mode  » Tofu  » avec tout un arsenal de tofu aux équipements différents où votre adaptabilité et vos connaissances des patterns seront mises à rude épreuve. De quoi prolonger le cauchemar encore et encore… Et vu la qualité de ce dernier, on ne regrette pas d’avoir mis les pieds dans cette ville du raton laveur.

Bon vu qu’on peut ne rien vous cacher, oui ce test arrive avec un an de retard.. Mais bon, autant en profiter pour vous dire ce qu’on attend de Resident Evil 3 qui sort dans quelques semaines ! Vu de loin on voit que l’épisode qui se profile semble être bien plus orienté action avec notamment un Nemesis qui semble faire passé le terrible Mister X de Resident Evil 2 pour un simple stalker low cost. J’espère juste que la sortie très rapprochée entre ces deux jeux ne donnera pas à l’aventure de Jill Valentine un aspect « Resident Evil 2.5 ». Bon après vu la qualité du jeu, je ne cracherai pas dans la soupe. Mais j’espère que Capcom prévoit avec tous les millions engendrés par les Resident Evil 2 et 7, un huitième épisode plus ambitieux que jamais.

Mission réussit pour ce Resident Evil 2 remake qui, après un septième épisode qui tenait plus du pari fou, nous prouve que la recette old-school de la saga est toujours efficace quand elle est exécutée avec talent. Certains choix de design peuvent choquer en 2019, mais on se rend vite compte qu’avec l’expertise et le talent de Capcom, ils servent surtout à ramener l’angoisse et la tension sur le devant de la scène. Des choix audacieux qui donne un jeu aux mécaniques assez uniques dans le paysage des survivals modernes. Lorsqu’on combine cela à une ambiance maîtrisée de A à Z, on peut dire sans problème que cet épisode est finalement celui qui arrive le plus à fusionner les gènes terreur et action/rythme que la saga a connus durant ses 23 ans d’existence. Il était temps que la mutation atteigne sa forme finale !

Points positifs

  • Une ambiance exceptionnelle
  • Les frissons bien présents
  • Réalisation au top
  • Un travail sur le son qui fait flipper
  • Un rythme et une progression maîtrisés de A à Z
  • Généreux en bonus et en rejouabilité

Points négatifs

  • Pas mal de redite d'un scénario à l'autre
  • Et beaucoup d'incohérences
  • Pas bien long si on ne fait que les 2 scénarios
8
Atome

Ecrit par : AtomTimmy

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces