Redeemer – Enhanced Edition

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Vu de loin Redeemer a tout du plaisir coupable avec son gameplay simple et brutal, son ambiance sentant bon la série B et ses litres d’hémoglobine déversés par minutes. Après une heure de jeu, on se dit qu’on est en bonne voie pour une sympathique surprise, mais malheureusement pour lui Redeemer fait partie de ses jeux qui s’explose la tête contre un plafond de verre beaucoup trop dur pour lui. Après les 5 heures de jeu on ressort avec un avis…. mitigé, explications dans les lignes qui suivent.  

J’aime me battre

Pour justifier les milliers de morts que le héros laisse derrière lui, Redeemer a compris qu’il ne fallait pas s’embêter d’un scénario poussé. Ici nous contrôlons un ancien super soldat Russe qui après des années de calme dans un monastère bouddhiste va voir ses anciens frères d’armes le pourchasser et rompre le calme de sa nouvelle vie. Alors le jeu ne brille pas pour son écriture et la finesse de son scénario, mais il a le mérite d’assumer son délire de série B jusqu’au bout en introduisant assez vite dans son scénario des cyborgs et des mutants. Ce côté « nanar » est assumé jusque dans les dialogues et les réflexions que le héros effectuera lors des massacres qu’il effectuera. Pour narrer les événements on a le droit a de très jolies illustrations avec un ton « comics » tous les 4-5 chapitres, une bonne idée.

Dommage que ces jolies illustrations ne soient pas plus fréquente.

En prenant son scénario à la légère, Sobaka Studio permet au joueur de très vite de rentrer dans son jeu. Redeemer est ce que pourrait appeler un  » Top down Beat’em All », avec sa caméra placé au-dessus de l’action le jeu à un parti pris assez original, dans un monde où tous les jeux du genre ont la caméra fixé derrière leur héros. Après l’originalité s’arrête là car le gameplay reprend les conventions universelles du genre, une touche (X)  pour les coups légers, une autre (Y) pour les coups lourds et une possibilité d’exécuter vos ennemies avec B. Ici pas vraiment de possibilité de combos fous comme Devil May Cry ou Bayonetta, mais plus une alternance entre deux touches pour convenir aux situations. Alors pour un peu briser la monotonie du gameplay, le jeu propose un système de contre à la Batman Arkham en appuyant sur LB au bon moment et aussi des armes à feu à ramasser pour canarder les ennemies à distance avec des sensations assez proches d’un Hotline Miami.

Pétage de plomb

Classique mais efficace, voilà à quoi pourrait se résumer le système de combat de Redeemer. Après cela ne veut pas dire mauvais, car la personne qui écrit ses lignes a pris pas mal de plaisir à jouer au jeu. Les sensations sont vraiment bonnes manette en main, les coups portés sont violents, les exécutions sont funs et gores, les armes à feu ont une vraie patate (surtout toi le fusil à pompe) et pendant les premières heures le level-design est malin, les ennemis se renouvelle assez régulièrement… Bref on se dit que tout est marche pour une bonne petite surprise, mais une fois arriver vers le milieu du jeu on à la sale impression que le jeu s’écroule. Les nouveaux ennemis ne sont plus vraiment inspirés, on pense très fort au mutant cracheur d’acide qui entrave les mouvements ou encore à ses horreurs de monstres XXL qui prennent 10 cartouche de pompe ou toute l’usure d’une arme à tomber…

On peut éliminer les ennemis en un coup si vous les prenez en traître.

En fait dès la moitié de l’aventure, le jeu contredit les très bonnes intentions de gameplay qui ont été mis en place auparavant. Par exemple le jeu va assez vite recycler les mêmes ennemis dans une grosse portion du jeu alors que les chapitres précédents faisaient des efforts, on commençait nos massacres dans un décor original avec un temple bouddhiste mais on passera une grosse partie du jeu dans des labos et des bases… Le rythme était parfaitement géré avec des ennemis à la santé et aux patterns équilibrés, puis le jeu nous balance dans des couloirs avec des gros sacs à PV avec des attaques ultra frustrantes (les crachats d’acide et les prise de catch des mutants risque de vous faire hurler). Alors le jeu retombe a peu près sur ses pattes dans la dernière ligne droite, mais il a un tel ventre mou à la moitié de l’aventure qu’il est difficile de rester accrocher au jeu, surtout si vous ne supportez pas le genre de jeux qui étire leur formule sur la longueur.

Malheureusement pour lui, Redeemer n’a pas vraiment une gueule de porte-bonheur avec ses textures baveuses, ses modélisations très sommaires, ses effets de particules très cheap. Si on ajoute les bugs de collisions, de script et de frame-rate assez fréquent, on devine assez vite que Sobaka Studio ne sont pas des as de la technique et ne possède pas les meilleurs techniciens du métier, dommage car le jeu propose notamment dans son ouverture et ses cinématiques quelque idée artistique. On finira cependant avec une note plus positive en soulignant les bonnes compositions musicales, très rock et dans le ton du jeu.

Face aux mutants vous allez vite vous retrouvez débordé.

Lancer Redeemer sur sa console c’est comme lancer le téléfilm allemand de la TNT de 23h : on sait pertinemment qu’on ne va pas passer un moment inoubliable, qu’une fois la TV éteinte on aura en tête les aberrations techniques, le scénario post-it et qu’on aura un peu honte d’avoir passé notre soirée sur ça mais au final on se sera peut-être bien amusé. Le jeu de Sokaba Studio est à deux doigts d’avoir ce statut de sympathique nanar vidéoludique, mais à 30€ ça fait cher la série B fauchée avec un gameplay réchauffé et un ventre mou frustrant qui risque de vous faire abandonner. On peut vous conseiller de tester ça à petit prix à la limite si vous êtes conscient du jeu qui vous attend : un défouloir fun mais irrégulier. 

Le jeu a été testé sur une version fournie par l’éditeur.Merci à eux.

Points positifs

  • Une bonne patate
  • Prise en main immédiate
  • Coté série B assumé

Points négatifs

  • Assez laid et pas mal buggé
  • Répétitif et brouillon assez rapidement
  • Peu d'originalité niveau gameplay
  • Des pics de difficultés incontrôlés et frustrants
5
Atome

Ecrit par : AtomTimmy

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces