Minecraft Dungeons

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Arrivé sur nos consoles le 26 mai 2020, Minecraft Dungeons est édité par Xbox Games Studio, développé par le studio Mojang et Double Eleven (Prison Architect). Il est disponible sur toutes les consoles au prix de 19,99 € ou dans le Xbox Game Pass. On retrouve l’univers célèbre de Minecraft dans un spin off bien plus musclé. Un RPG reprenant les codes des Diablo-like, accessible pour des enfants et pouvant donner du défi aux plus grands. Quel danger se présente ? Un villageois a touché une pierre maléfique, le transformant en Harch-Illageois. Tous les combattants ont échoué à arrêter sa folle ascension, il ne reste que vous pour contrecarrer ses plans. Vous l’avez compris, on compte sur vous, en route aventurier !

Avant de vous lancez dans la lecture de ce test, petites précisions. Comme vous l’avez remarqué nous sommes à la recherche actuellement de rédacteur sur SuccesOne, dans cette optique de recrutement plusieurs personnes se sont proposées et nous ont livré certains de leur essai. Voici donc le test de Auppenser sur Minecraft Dungeon !

Vous reprendrez bien un peu de blocs ?

Il faut avoir dormi ces 10 dernières années pour ne pas connaitre la licence Minecraft. Sortie en version Alpha en 2009, le jeu a grandi de façon exponentielle grâce à une communauté sans cesse en évolution. Livres, Lego, jouets, vêtements et j’en passe, c’est une réussite commerciale sur tous les points que Microsoft a rachetée à prix d’or (2,5 milliards de dollars…). Mais force est de constater qu’ils ne se reposent pas sur leurs acquis, voilà un nouvel opus qui a tout pour plaire. On garde les pixels qui ont fait le charme de Minecraft mais ici pas de craft ( pour le moment ? ) ou de bloc à casser. Il vous faudra explorer des biomes aussi variés que son aîné (désert, forêt, marais, etc.) et comme son nom l’indique, des donjons !

Avant de commencer, on choisit un skin de personnage parmi plus d’une vingtaine et on décide si on part pour du local ou du réseau. Minecraft Dungeons peut se jouer jusqu’à 4 en local comme en réseau. Il faut noter que si sur le Live, la caméra de chaque personnage est propre à lui-même, le local, lui hérite d’une caméra fixe pour l’ensemble de joueurs. On devra donc avancer en groupe ou ne pas avancer du tout. Une cinématique se lance, intégralement en français et un premier niveau faisant office de didacticiel pointe le bout de son nez.

Prise en main rapide

Premier mouvement du personnage fluide, pas de saut possible, le héros monte automatiquement les blocs devant lui. Bien pratique, comme dans la version portable de la licence. Deux touches pour les armes et 3 qui activeront les artefacts. Ces artefacts donnent un pouvoir à activer durant les combats ( soin, invocations, laser et autres joyeusetés ). Une fois utilisé, il faudra attendre un temps de recharge dont la durée dépendra de sa puissance. De ce côté la Mojang à fait dans la simplicité : pas de combo de touches à réaliser, ni plusieurs lignes de sorts à interchanger. Facile à prendre en main, on finit le didacticiel assez rapidement et on se retrouve dans notre camp de base. Chaque niveau se terminera ici, afin de s’équiper des nouveaux éléments gagnés.

Le camp de base semble bien vide au premier abord, mais comme pour la map principale, il va évoluer au fur et à mesure de votre avancée. Deux marchands par exemple, vont venir vous proposer des objets aléatoires contre vos émeraudes durement gagnées. Il y a énormément de fondations dans ce camp, donnant l’impression que Mojang a placé ici et là des éléments qui vont lui servir à donner plus de consistance à ce lieu ( peut-être, dès juillet avec la première extension ? ). On est prêt à repartir ? Alors nous voilà arrivés sur une carte avec 9 niveaux différents. C’est peu me direz-vous, prenez garde, comme toutes les bonnes choses, Minecraft Dungeons prend de la valeur avec le temps. En effet, nous avons neuf niveaux, mais dans quatre d’entre eux, il est possible en trouvant un parchemin de « gagner » un nouveau monde à explorer. Ce n’est pas tout, en récupérant des runes cachées dans chacun de ces niveaux, nous pouvons débloquer une zone hommage à la série Diablo.

On passe à quatorze stages donc, avec trois difficultés différentes qui apporteront leurs nouveaux monstres, événements, reliques et équipements différents. Un plus non négligeable, le studio a eu l’idée de donner des angles de caméra différents suivant la création de la map à votre arrivée, si bien qu’on a souvent le sentiment de ne pas avoir déjà fait ce monde. Cela peut sembler insignifiant, mais pour des niveaux qui sont voués à être rejoué plusieurs fois pour tout découvrir et monter en niveau son personnage, c’est vraiment bien pensé.

Un équipement Bordeland-esque

Comme tout RPG qui se respecte, l’équipement à une place centrale dans le jeu. Articulé autour d’une arme corps à corps, d’une arme longue distance, d’une armure et de 3 artefacts. Chacun de ces items a un niveau et c’est la moyenne des six objets qui donnera votre puissance d’attaque, celui qui va décider si c’est intelligent ou pas d’attaquer un niveau en difficulté 6. Là encore Minecraft prend exemple sur un jeu qui a fait l’apologie du loot d’équipement divers, Bordelands de 2K Games. Chaque arme ou armure est générée avec des niveaux de rareté différente, mais surtout des apports différents, si bien que l’on peut avoir trois armures à l’aspect identique, qui n’ont finalement pas du tout les mêmes statistiques et pouvoirs passifs.

Chacun de ses équipements a entre un et quatre passifs qui possèdent jusqu’à 3 niveaux d’enchantement possible. Pour chacun de ces niveaux, on a loisir de choisir son évolution parmi plusieurs choix. Vous l’aurez compris on peut passer du temps à choisir son équipement et son évolution. Il est même possible de faire fonctionner tous ses objets en symbiose, car certaines armures améliorent les effets des armes ou des artefacts. Chaque niveau gagné vous octroie un point de compétences qui vous permet de faire monter les enchantements. Pas de panique, si vous trouvez une nouvelle armure, vous pourrez récupérer les points investis en recyclant votre ancien équipement. Rien ne se perd, tout se transforme.

Minecraft prête sa playlist

Pour les amoureux de Minecraft premier du nom, l’atmosphère musicale devrait vous ravir, les sons de déblocage d’un niveau, des différents monstres, est copié-collé sur son grand frère. La musique se marie bien aux différentes situations que va rencontrer votre personnage et participe à l’ambiance du jeu. En termes de succès, ils sont au nombre de 24 pour 1000 G. Il n’y a pas un grand challenge pour les acquérir, la grande majorité de ceux-ci vont tomber juste en jouant sans même chercher à les obtenir. Deux points à retenir tout de même.

Finir le jeu en mode apocalypse, il vous faudra plusieurs heures de jeux, pour avoir un personnage apte à vaincre Harch-Illageois. Si vous jouez au jeu uniquement en solitaire, il vous faudra brancher une seconde manette pour réaliser le succès qui demande de réanimer 20 fois un compagnon. Entre 5 et 10 heures, suivant votre manière d’explorer les zones, seront nécessaires pour un premier tour au niveau de difficulté basique. C’est là qu’une nouvelle aventure commence, nouveau mode de difficulté, nouveaux monstres et surtout de nouveaux équipements.

Il y a, à ce jour, un pack de contenu disponible à l’achat pour 9,99 €, on retrouve à l’intérieur 2 nouveaux skins pour notre personnage, une cape et un familier (c’est 2 derniers se révélant être purement esthétique). Pour finir, deux DLC sont en préparation et le pack vous donnera accès à ces extensions, la première est annoncée courant juillet.

Que penser de ce titre ?

Il est clair que le studio a misé sur le fun immédiat, la simplicité de son gameplay et pourvoir partager le jeu à plusieurs. Énormément d’équipement différent et des sorts qui sont variés et dévastateurs pour certains. On a un sentiment de vide en arrivant dans le jeu, celui-ci est comblé par beaucoup de secrets à découvrir et de challenge en ternes difficultés. Il subsiste néanmoins une envie de plus. Comme la possibilité de crafter des objets, de combiner les équipements, avoir des pierres pour augmenter nos items, pouvoir casser les tonneaux, rentrer dans des maisons plus souvent et bien d’autres encore. J’espère que ces idées arriveront avec les nouveaux contenus. On nous a annoncé des ajouts gratuits aussi, à voir sur quelle forme ils arriveront. Pas de défaut technique sur le jeu à proprement parler, à part certains mobs qui peuvent parfois se bloquer dans le décor. Je prends plaisir à jouer et à chercher de nouveaux équipements pour le moment et je fais confiance aux équipes pour réussir à faire des ajouts aussi intéressants que sur Minecraft.

Points positifs

  • Prise en main immédiate
  • Bestiaire varié mélangeant les créatures connus et inédites
  • Un équipement conséquent avec des capacités aléatoires
  • Beaucoup d' easter eggs à découvrir

Points négatifs

  • Durée de vie rapide si on s’en tient à l’histoire principale
  • Un camp de base trop vide d’intérêt
  • Quelques bugs de collision
7
Auppenser

Ecrit par : Auppenser

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces