Marvel’s Avengers

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Ces dernières années l’univers DC a su se faire une place de choix sur nos consoles de salon, qu’on se le dise. Outre Injustice, comment ne pas citer la trilogie Batman, ou du moins le succès engendré par l’excellent travail effectué par Rocksteady ? Quant à son concurrent direct, c’est sur grand écran que la franchise a brillé avec notamment Avengers Endgame qui a battu le record d’entrées en quelques semaines. Bien que peu nombreuses, les dernières adaptations vidéoludiques à l’effigie de Marvel parues ces mêmes années sont, pour la plupart à oublier, à enterrer voire à détruire au plus vite. À la date du 26 janvier 2017, le doux nom de Project Avengers fit son apparition sur YouTube avec une première vidéo courte et énigmatique. Un jeu centré sur les Avengers ? Mais à quoi faut-il s’attendre ? Des questions plus que pertinentes, mais des réponses plutôt absentes sur le moment. L’attente fut extrêmement longue, puisqu’il aura fallu attendre l’E3 2019, et plus particulièrement la conférence de Square Enix afin d’y voir plus clair. La communication autour du titre s’est accélérée avec pas moins de trois War Table en quelques mois, mettant à l’honneur du gameplay, l’histoire, mais aussi et surtout, à quoi s’attendre lors de sa sortie le 4 septembre 2020. Marvel’s Avengers aura-t-il réussi à rassembler ou plutôt à désassembler l’univers ? Il faudra lire au-delà de ces lignes pour le découvrir. 

Il faut savoir qu’en charge du développement, on retrouvera deux studios affiliés à l’éditeur. Crystal Dynamics, connu pour son travail sur les trois derniers Tomb Raider, et Eidos Montréal qui s’est quant à lui illustré sur la franchise Deus Ex. Ces derniers n’ont plus rien à prouver en termes de jeu solo, encore moins en matière d’action/aventure. Même si le titre possède sa propre campagne, il bénéficie aussi de coopération où l’esprit d’un Game As a Service (GAAS), autrement dit, un jeu en constante évolution, et d’un RPG peuvent se faire ressentir.

Une journée pas comme les autres  

Dès notre arrivée dans le menu, on a le choix entre trois onglets principaux. L’un nous mènera vers la campagne, les missions coopératives ou les paramètres. Le second sera axé sur l’actualité qu’il ne faut pas louper, par exemple le contenu de la dernière mise à jour. Le troisième et dernier sera pour la boutique, renouvelée toutes les semaines et proposant des cosmétiques payants (l’un des symptômes du GAAS ça, voyez). La partie solo se veut originale depuis son annonce, avec une aventure qui débute par une cinématique inédite aux nombreuses vidéos ou bêtas. En premier plan Kamala Khan et son père, tous deux à bord d’un Quinjet qui fait route à destination de l’A-Day. Une cérémonie organisée pour la présentation de la Chimère, un héliporteur alimenté par une source d’énergie expérimentale. Les passagers auront, pendant ce temps, l’honneur de visiter Los Angeles depuis les airs, en passant au-dessus du Golden Gate et tout près du tout nouveau quartier général des Avengers. Au sol, il faudra s’attendre à être accueillie par bon nombre de confettis, des statues aussi grandes que stupéfiantes et d’un tapis rouge, très rouge. Un esprit coloré et américain est plus que présent dans toute cette foule de journalistes, et de visiteurs venus spécialement pour rencontrer leurs idoles préférées. 

Une fois dans l’antre des festivités divers mini-jeux vous attendent, avec notamment la chance d’essayer le bracelet de Black Widow, ou de voir à travers des vitrines la toute première tenue de Captain America et son fidèle bouclier en vibranium. D’autres interactions seront de mise afin de récolter les cinq bandes dessinées et avoir la chance de vous garantir une place de qualité sur le balcon VIP. Tout ça sera sans compter sur l’intervention, entre deux stands, de chaque star du jour. Tout ceci viendra rendre cette journée exceptionnelle, au point de voir quelques étoiles dans les yeux de cette jeune fille. 

Suite à une explosion, c’est une course contre la montre qui s’engage afin de contenir l’attaque orchestrée par le Taskmaster, l’ennemi juré de la veuve noire. Il faudra de ce fait, se mettre dans la peau des cinq personnages jouables. Une introduction plus que plaisante à jouer et une façon de s’adapter aux gameplay et aux compétences de chacun. On enchaînera avec une succession de dessins servant de cinématique, on comprend que cette journée fut fatale pour certains, et bénéfique pour d’autres. Certains habitants, vus sous le nom d’inhumains, ont pu hériter de pouvoirs, ce qui a provoqué une hausse considérable de la délinquance. D’autres n’ont tout simplement pas survécu à la chute de la Chimère dans les eaux américaines, Steve Rogers en a d’ailleurs fait les frais. La ligue de superhéros censée protéger cette ville fut misent à la retraite après une décision de la justice estimant qu’ils étaient devenus une menace pour les citoyens. MENSONGE ! Le script basique débutant avec un groupe de gentils qui sont vaincus par un seul et même grand méchant. Ce dernier devient un héros aux yeux de tous, quant aux autres ils périssent dans l’oubli, au point de les voir morts et enterrés. Basique donc, mais cela n’empêche guère à toute cette histoire d’être bien ficelée de bout en bout.  

Mais au fait, ce n’était pas mieux avant ? 

Quatre années se sont écoulées depuis les terribles événements, une organisation se nommant l’AIM a pris le contrôle de la ville. Dans le but de maintenir l’ordre et redonner un soupçon d’espoir aux habitants qui ont autrefois, tout misé sur la protection des Avengers. On retrouve Kamala, adolescente, dans sa chambre qui a conservé l’âme de l’enfant. Cette pièce est décorée de tout un tas de posters et autres goodies de ses super héros qu’elle admire toujours autant. Convaincue de la fausseté de tout ce qui a pu se passer à Los Angeles, ses recherches autour de tout ça n’ont jamais cessé. Sa dernière découverte ne pourra que démontrer ce en quoi elle a toujours cru. Seule contre tous, elle partira en quête de reformer ce petit groupe de personnes, en commençant par Bruce Banner, pour combattre ensemble face à la menace régnante, nommée MODOK. Ce dernier est accompagné bien souvent par ses sbires aux apparences de robots télécommandés. Autant le dire tout de suite, c’est loin d’être gagné. 

Vos missions puiseront aussi dans la variété. Outre les environnements qu’ils soient dans la Toundra gelée ou en plein désert aride, on passera par de l’exploration, de l’infiltration et de l’escalade sur des surfaces partiellement rayées. On a droit aussi à des courses au temps, avec un sol qui risque de s’effondrer sous vos pieds, à n’importe quel moment. Vous aurez surement reconnu dans ces quelques mots beaucoup de similitudes avec la jouabilité d’une certaine Lara Croft, on y est, c’est le même studio, pas de doute là-dessus. Comme cité en amont, qui dit RPG, dit aussi compétences et équipements à améliorer, modifier suivant votre évolution et ce que vous trouverez en chemin. Je vous aurai bien raconté toute l’histoire, jusqu’à la fin même, mais au risque de vous divulguer des éléments importants, on va s’arrêter là. 

Concernant la coopération, celle-ci peut se rejoindre de deux façons. La première se trouvera dans le menu sous le label d’ « Initiative Avengers » et vous demandera de terminer l’intégralité de votre campagne pour éviter tout spoiler. Second moyen, directement depuis votre propre mode solo, une fois que la Chimère sera retrouvée et débutera sa remise en état. Il faudra se diriger vers la table connectée sur le pont de commandement, et celle-ci proposera à l’un de vos amis ou un joueur réel de se réunir à vos côtés. À savoir qu’une « I. A » pourra remplacer votre allié absent. On est donc sur un GAAS mélangé à du RPG. Aucune surprise, comme dit plus haut il va vous falloir faire évoluer chacun de vos persos, compétences et vos niveaux d’attaque comme ceux de défense. Du farming pur et simple en combattant chaque ennemi des zones. 

Les Avengers au meilleur de leur forme ? 

Techniquement parlant, on sait déjà que le titre sera jouable sur la prochaine génération et qui plus est, sans coût supplémentaire pour ceux qui possèdent la version Xbox One. Il se dote d’une direction artistique qui pourra, aux premiers abords, ne pas plaire à tout le monde. N’oublions pas que l’on est devant du Marvel, les couleurs vives, même la nuit sont sûrement exigées à partir du moment où Disney est derrière. Ayant joué sur Xbox One X, j’ai pu remarquer une petite baisse de FPS lors de combats conséquents.

Le gameplay est difficile à expliquer, il se veut différent selon le personnage que vous déciderez à jouer. Cependant, on passera par des mécanismes lourds et très peu réactifs. On pourra combiner une succession de touches pour au moins avoir le mérite d’avoir fait une belle action. Par exemple, des frappes légères en spammantX, une attaque lourde avec Y en finissant par une esquive en appuyant surB. Vos gâchettes LBet RBseront tout autant utiles pour déployer vos compétences. Le combo des deux, vous lancera à travers un affrontement ultime, qui pourrait mettre à mal le camp adverse. D’une simple pression de MENUpuisWIN, le mode photo fera son apparition avec des filtres et réglages poussés sur la luminosité, la saturation ou l’étalonnage colorimétrique. Cependant, un mauvais point pour les déplacements lourds et limités dans le périmètre que l’on souhaite photographier. 

Du côté de la bande originale, Square Enix à fait appel au compositeur Bobby Tahouri. Une personne qui deviendra moins inconnue si je vous dis que c’est la même qui a travaillé sur les musiques de Rise of The Tomb Raider ou sur des productions telles qu’Iron Man et Game of Thrones de HBO. 

On parle des bugs aussi ? Allez, sinon ce n’est pas drôle. J’ai actuellement le droit à un problème de son à chaque lancement du jeu, répétant la musique sur une seule note et c’est très gênant à l’oreille. Aussi deux ou trois retours à l’accueil de ma console dès la première mission. Un couloir entier aux couleurs d’un arc en ciel, dans la même veine que le Bifröst de Thor (Oui oui c’est bien un souci venant des graphismes). Un écran noir avec seulement les voix après avoir mis le jeu en pause, une récompense de fin de mission doublée dans l’inventaire. Ce dernier n’est pas une mauvaise chose non plus, sachant que tout peut être détruit et les matériaux récoltés. On notera aussi quelques soucis de traduction. Par exemple, le mot vendeuse attitrée à un vendeur et d’autres qui sont tout aussi hilarants qu’embêtants et qui pourraient nuire à l’expérience de jeu. 

Passons désormais aux succès (parce que SuccesOne oblige, évidemment). Ils se comptabilisent au nombre de 50 pour les 1000 G habituels d’un jeu Xbox One. D’autres pourront certainement survenir avec le contenu prévu au fil des mois, mais à l’écriture de ce test rien ne peut confirmer cela. Cependant, le 100 % de base restera totalement abordable même pour les non-chasseurs. Sachez qu’aucun d’entre eux ne vous demandera de finir le jeu en sa difficulté la plus haute, néanmoins cela ne doit pas vous empêcher de relever ce défi et peut-être même de le réussir. 

En conclusion, Square Enix et ses équipes de développement impressionnent par une campagne originale, mais pour le moins basique, sans pour autant être mauvaise. Du point de vue du gameplay, le combat est aussi amusant que satisfaisant en proposant moult variétés a tous les étages. Malgré certaines missions qui peuvent vite devenir répétitives, nous avons là un jeu Marvel qui vaut le coup d’être essayé. Même si son identité de jeu service entrave sans doute le véritable potentiel de tout ce qui l’entoure, l’espoir d’un suivi à travers les mois et années ne peut être que prometteur.

Le jeu a été testé, noté et axé principalement sur les modes solo et coop depuis une version Deluxe fournie par l’éditeur. Je n’ai pas souhaité faire ressortir le côté GAAS de ce titre, dû à ma faible connaissance, mais surtout que tout pourrait changer d’ici 2 mois, 6 mois voire 1 an. Merci à eux de m’avoir permis d’y jouer. I love you 3000.

Points positifs

  • Histoire originale et bien écrite...
  • Différents gameplay selon le personnage joué
  • Méchant principal charismatique
  • La B.O d'un compositeur de renom

Points négatifs

  • ...mais tout de même basique
  • Un mode photo aux déplacements limités
  • Bugs majeurs nuisant à l’expérience
8
Fironewz

Ecrit par : Fironewz

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces