Maneater

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Test Maneater

La simple recherche Hungry Shark sur le Play Store de Google nous envoie vers plusieurs résultats, pas forcément des bons, mais passons. Le constat est tout de même indéniable, ce genre de jeu mobile ont un minimum la côte, à l’instar de ce qu’on peut trouver sur notre chère et tendre console de salon. Un indice : Aucun jeu de requin détecté. En tout cas, cela aurait pu être vrai jusqu’en 2019, lors de la cérémonie des Games Awards, Maneater fit son entrée en images et en première mondiale. Aux commandes, Tripwire Interactive notamment connu pour les jeux Killing Floor, Red Orchestra ou encore Rising Storm. Un sacré palmarès mettant surtout les armes à feu et la guerre à l’honneur. Bref, on peut maintenant ajouter ce RPG en monde ouvert, apparu depuis le 22 mai 2020 sur nos Xbox One. Aura-t-il assez de mordant pour survivre face aux divers titres du genre déjà présent sur le marché ? 

Vieux pêcheur, jeune requin

Le jeu débute sous les traits d’une émission de télévision. Celle-ci met en lumière, Pierre LeBlanc aussi surnommé Pete l’écailleuxun chasseur de requin barbu, au profil hors normes et avec des manières bien à lui. Au-delà de cette cinématique de présentation, un court, mais sanglant didacticiel vous attend. Il vous mettra dans la peau d’un requin femelle adulte afin de vous familiariser avec le gameplay réparti sur les différentes touches de votre manette. Nous retrouvons assez vite Pete, qui a reçu un appel de notre présence dans la baie, non loin d’une plage pleine de touristes. Tout en prenant un certain plaisir, il vous capture et vous éventre de sang-froid. Toujours sous son air souriant, il en sort un bébé squale qui après avoir été mutilé n’aura aucun remords à arracher le bras de notre chère vedette du jour et à s’échapper du bateau de ce tyran, par la même occasion.  

Cette mésaventure nous mènera dans le bayou de Fawtickune zone peu recommandable pour tout bipède. De ce fait, vous ne croiserez aucun humain, mais des prédateurs bien plus agressifs tels que des crocodiles. En tant que jeune requin, votre but sera surtout de vous nourrir de la différente poiscaille errante dans ce marécage afin de pouvoir évoluer, gagner en taille et en masse musculaire. L’une de vos premières quêtes vous demandera d’ailleurs de tuer 10 poissons-chats. Facile, enfin presque. Pour ce faire, il vous suffira de presser votre gâchette RTpour y montrer vos plus belles dents blanches et aiguisées.  

Les animaux marins que vous croiserez seront marqués de deux façons, les inoffensifs sont dotés d’une barre de vie blanche, et les plus hostiles qui seront quant à eux repérables d’une barre rouge. À côté de ça, on retrouvera aussi le niveau, un détail indispensable pour connaitre ses chances de gagner face à son adversaire. 

Un jour, je deviendrais grand comme Maman

Au fil de vos gains de niveau vous serez amenés à évoluer à 4 reprises. De la même façon que l’Homme, la naissance sera votre première étape puis vous passerez à la taille adolescente, adulte, à l’âge ancien et enfin la phase méga. Pour cela, il faudra explorer les différents secteurs qui s’offrent à vous, pour récolter les collectibles, tuer les multiples chefs aussi bien humains que marins qui oseront se mettre en travers de votre chemin. Mais pas d’inquiétude, même s’ils sont nombreux, et parfois plutôt bien cachés, votre requin pourra s’armer d’atouts tels qu’un sonar, scannant les alentours ou encore un corps entièrement bioélectrique que je n’ai, malgré moi, pas encore eu l’occasion de mettre a l’épreuve. Mais sans aucun doute efficace et indispensable.

Ces espaces délimités se compte au nombre de 8 et possèdent, chacun leur repaire ornant leurs plus belles couleurs et entièrement sécurisé pour faire évoluer votre requin, mais aussi pour vous téléporter à votre guise, en son sein. Sachez qu’en dehors de vos cavernes sous-marines, chacune des zones ne propose aucun répit au vu des menaces qui se déplacent continuellement sur tout le territoire. Et si par le plus grand des hasards vous venez à mourir, vous reprendrez depuis votre repaire le plus proche, sans conséquence de perdre quoi que ce soit. De quoi c’est trop simple ?

Du sang, du sang et encore du sang

Concernant la partie technique, Maneater tourne sous le moteur maison de chez Epic Games, l’Unreal Engine 4. Aucun miracle n’est de mise, mais le jeu reste acceptable dans ses visuels graphiques. Certains endroits aussi bien hors que sous l’eau poussent le réalisme. Au point qu’on pourrait s’y croire. Je n’ai personnellement eu le droit qu’à un seul bug, un bateau égaré avec à bord 4 personnes provenant d’une zone hors-limite pour moi. Évidemment, à force de s’approcher, ils m’ont servi de repas, je n’allais tout de même pas refuser de la chair fraîche livrée sur un plateau.

Notons également le sang qui se repartit plutôt bien dans l’eau et qui se dilue au bout de quelques secondes. Quelques musiques douces et agréables se font entendre lors d’une balade de santé à travers les fonds marins. Des sons plus rythmées seront présentes lors des scènes d’action voire d’horreur.  

Le gameplay peut sembler rude au commencement, mais avec un peu de pratique, les séries de touches utilisées deviendront instinctives. Je regrette que la caméra ne suis pas nos cibles que l’on attaque lors des phases de combat. Il faut, de ce fait, restez à l’affût pour basculer son joystick dés que votre ennemi se trouve derrière vous. Néanmoins, ils seront présélectionnées pour éviter de vous embarrasser de cette tâche parfois compliquée, ne serait-ce que dans les RPG. Pour les touches, votre gâchette gauche LT vous permettra de nager plus vite, la touche juste au-dessus KG sera pour les attaques dites caudales, autrement dit avec votre nageoire arrière. Comme cité en amont, la touche RT ouvrira votre mâchoire, vous pourrez ainsi blesser, mais aussi saisir votre proie affaiblie. 

On finira par parler des succès, au vu du nom de ce site merveilleux. Ils se comptabilisent au nombre de 32 pour un total de 1000 G. ceux-ci ne sont pas réellement compliqués, puisque presque tout se fera dans l’avancée de l’histoire. Les seules difficultés résideront dans le fait d’atteindre le 100 % de chaque secteur.

En conclusion, Maneater reste ni plus ni moins un défouloir qui saura faire le travail promis. Étant, pour l’heure, le seul sur le marché où l’on peut contrôler un requin malgré son gameplay difficile a comprendre aux premiers abords. Malheureusement, l’histoire en devient presque banale, le contenu proposé est trop pauvre et la répétitivité se fera ressentir au bout de quelques heures de jeu. On soulignera, tout de même, que le jeu arbore de très beau paysages, et des fonds marins pollués mais réalistes. Enfin, on notera les 1000G facilement atteignables, et ça, ça ne se refuse pas.

 

Points positifs

  • Des environnements réalistes
  • Un bon défouloir
  • 1000G facile
  • Une certaine morale écologique
  • Des exécutions bien sanglantes

Points négatifs

  • Peu de personnalisation
  • Histoire banale, sans grand intérêt
  • Sous-titres petits
  • Une caméra qui suis pas notre cible
  • Des ennemis de niveau 15 dès la première zone
7.5
Fironewz

Ecrit par : Fironewz

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces