LEGO NINJAGO Le film : le jeu vidéo

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Test Lego Ninjago : Le Film

A chaque semestre (voire même trimestre) son jeu Lego. Après Worlds et City Undercover, c’est au tour de la licence Ninjago d’être adaptée, sortie du film oblige. Nous voila donc repartis dans un monde de briques sous la supervision de TT Games, déjà auteurs d’une vingtaine (!!) d’adaptations, en espérant que ce ne soit pas un simple épisode parmi tant d’autres.

Première information d’importance, je n’ai pas vu le film, donc pas de point de comparaison sur l’histoire ou la construction globale du jeu. Malheureusement, la première impression au lancement du mode histoire, c’est que ne pas avoir vu ledit film est un handicap, car le joueur est assez vite perdu sur le contexte et certaines remarques des protagonistes. Comme c’est le cas pour chaque jeu, le ton est plutôt humoristique mais ça ne compense pas ce manque d’introduction générale de l’univers.

Mais pourquoi tu cours?

Lloyd of the Briques

Cette fois, l’histoire nous met donc dans la tête jaune de Lloyd (le ninja vert) qui doit sauver la ville de Ninjago contre Lord Garmadon. C’est pour ainsi dire du grand classique. Attention SPOILER, on découvrira ensuite que ce Lord est le père de notre héros (coucou Star Wars). Celui-ci pourra compter sur ses amis pour accomplir sa mission, et principalement sur son Maître Wu (son oncle). Vous allez bien sûr avoir le droit à un petit moment nostalgique dans le jeu où lord Garmond va parler à son fils de sa rencontre avec sa mère. Âmes sensibles, vous voilà prévenues.

Les mécaniques du jeu reposent toujours sur le même principe plus que rodé. Vous allez devoir partir à la recherche des briques dorées pendant votre mode libre pour faciliter l’exploration et la découverte des niveaux. Vous êtes déjà passé par là donc surtout, pensez à bien vérifier chaque petit recoin pour ne rien en rater. Le level design global est correct, pas brillant d’ingéniosité mais suffisant pour rendre la progression fluide. Les habitués ne seront clairement pas dépaysés.

Ceci est une arme de destruction massive (rappelez-vous votre jeunesse)

Dans cet opus, les briques rouges sont remplacées par des jetons d’ingéniosité qui vous donneront la possibilité d’obtenir des améliorations de combat (multiplicateur, combo+1, vitesse…). Une fois encore, que du très classique. Pour ce qui est des environnements traversés, ils sont heureusement divers et variés, de la jungle aux montagnes pour terminer sur la plage – et ce ne sera pas pour une session bronzette, d’ailleurs c’est pas pratique de bronze en collants.  Niveau personnage, on alterne entre 9 héros disposant chacun de sa propre personnalité et de son style particulier. Une fois encore, c’est du grand grand classique.

Teenage mutant ninja Lego

Le gameplay est une réédition exacte de celui des précédents jeux. Aucune nouveauté ou presque n’est proposée, on reste vraiment en terrain connu. Les quelques tentatives de rendre Ninjago innovant ne concernent au final que peu d’aspects. L’une des rares tentatives est une balade à dos de dragon, avec lequel on tire un peu n’importe où mais ça fonctionne (à tel point que je ne suis pas sûr qu’on ne gagne pas même sans tirer une seule fois). Le rendu est désagréable, limite nauséeux entre les effets de caméras et les couleurs punchy dans tous les sens. On comprend mieux pourquoi ils ne se sont pas aventurés trop loin.

Vous ne rêvez pas: ce chat en prise de vue réelle est une VRAIE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE (que les boss dirigent grâce au laser, bien vu)

Là où le bât blesse, c’est que le jeu se termine très vite. Comptez seulement 3 ou 4 heures de jeu (ouille ça pique!) si on ne rentre pas dans les détails, à savoir faire les quêtes secondaires, ramasser les briques dorées et j’en passe. Pour terminer le jeu à 100% et déverrouiller tous les pouvoirs, il faudra refaire 3 ou 4 fois ce mode histoire, ce qui n’est franchement pas la meilleure méthode pour fidéliser les joueurs et gonfler la durée de vie. Chaque ninja jouable à la chance d’avoir un Spinjitzu (une énergie qui est en eux) qui peut aller de la terre en passant par l’eau et qui se termine en électricité. Bien sur, vous l’aurez compris, il vous faudra toute l’équipe pour récupérer ensuite tous les objets cachés du jeu. Pour faire court: c’est nul, d’autant que tous les collectibles sont signalés sur la carte (peut être pour faire plaisir à ceux qui se sont plaint d’avoir trop cherché sur Undercover).

La différence majeure entre cette itération Ninjago et le récent City Undercover concerne la progression, ici très directive quand l’open-world du précédent permettait plus d’exploration au gré de nos envies. Pour préciser, le mode histoire nous impose quasiment un parcours pour déverrouiller à la fin du niveau un mode libre permettant de gambader où bon nous semble. Dommage, car ce côté aventurier était un vrai plaisir en plus. Par ailleurs, j’ai subi quelques lags et même un retour dashboard, toujours appréciable quand on arrive à la fin d’un niveau et que la sauvegarde automatique n’a pas fonctionné (OK c’est fait exprès, mais c’est frustrant).

La petite aventure Lego

TT Games a  essayé un nouveau concept en incluant un petit mode multijoueur en local, mais il est plutôt triste. Vous aurez la possibilité de jouer sur 3 modes de jeu différents : Confrontations des samouraïs, Butin mystique et l’Ultime arme ultime, le tout sur seulement 3 cartes différentes. La petite chose qui coince encore dans ce multijoueur est que vous jouiez seul à 3, votre écran est partagé. Autant pas mettre de multi plutôt qu’un truc aussi limité et proposant au final très peu d’intérêt.

A dos de dragon, mode vomitif #On

Ce que vous devez retenir de ce nouveau lego, c’est que les fans vont retrouver la magie qu’ils aiment dans chaque nouvel épisode de la saga. La tristesse du mode solo beaucoup trop court et de ce mode multijoueur qui ne sert pas à grand chose va faire fuir les petits nouveaux qui voulaient s’essayer à un jeu différent de ce dont ils sont habitués. L’intention est certes louable (proposer quelque chose d’un peu novateur) mais le résultat est décevant.

Le jeu a été testé sur une version dématérialisée fournie par l’éditeur (surtout par son agence de presse, en fait). Merci à eux tous!

Je m’en remets vraiment pas de ce chat :'(

Points positifs

  • Ambiance Lego
  • Systeme de combo en combat
  • Collectible

Points négatifs

  • Histoire trop courte
  • Trop de cinématique
  • Les problèmes techniques
  • Temps de chargement long
5.5
SO Benji92130

Ecrit par : SO Benji92130

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.

Actualités

black ops 4
rage 2

Dernières Astuces

50G Collection de vertèbres le 24 mai 2018 à 14:54 par
Il faudra récupérer la scie améliorer ou non (préférable non), et faite + avec…
50G Synchronisation parfaite le 23 mai 2018 à 17:50 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Faire passer le message le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Cause juste le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Il n’est quand même pas mort ? le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G C’est moi qui ai fait ça ? le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
50G Templier toujours le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Ne rien négliger le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Confrérie brisée le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.
20G Naissance d’une légende le 23 mai 2018 à 17:49 par
Tout est dans le titre. Succès lié à l'histoire.