Brotherhood United

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Test Brotherhood United

Aujourd’hui je pars à la découverte du titre Brotherhood United, un jeu développé par le studio suisse Myoubouh Corp et édité via la maison Eastasiasoft Limited. Un run‘n gun au style graphique rétro où il faudra sauver vos « frères » capturés par l’ennemi. Je pars à la conquête de vingt niveaux déjantés dans ce jeu indépendant et je remarque pas mal de similitudes avec des hits anciens et récents. Je vous détaille tout cela ci-dessous.

Le run’n gun, une valeur sure

Depuis des dizaines d’années, ce style fait partie intégrante du jeu vidéo. De nombreux studios, composés pour la plupart de développeurs indépendants utilisent ce style rétro pour donner à ces classiques une seconde, une troisième vie. Dans cet opus, la pixellisation brute du/des protagonistes donne en gros plan un effet Minecraft. Le menu principal offre une ouverture sanglante, mais cela s’arrête là. Malgré la violence rencontrée, en même temps c’est le thème principal du soft, je ne rencontre pas de mares de sang ou du gore à chaque étage. Les ennemis tombent les uns après les autres tout simplement.

Le menu principal propose une histoire en coopération locale ou solo, de nombreux éléments sont accessibles pour customiser son avatar jouable. Couleur de peau, avec ou sans lunettes habits et casque seront disponibles avant de vous lancer. Un point non négligeable est la présence de la langue de Molière autant dans ce menu que dans le jeu en lui-même.

Brotherhood United est un jeu horizontal, les allers-retours de droite à gauche sont possibles, et même parfois conseillé pour quelques actions. Sauter de plateformes en plateformes sera essentiel à votre survie, mais également l’accès à diverses armes à feu pour abattre vos ennemis. La verticalité y est moins importante que laisse présager son nom. Pas de charrettes de foin, le scénario est très basique, un homme enlevé après avoir prit une fiole, m’entraine dans différents arrière-plans parfois inspirés d’opus bien connus. Le plus flagrant est nul doute les nombreuses références à la licence Metal Slug. Des otages à sauver (parfois blond et barbus), des engins mécaniques étranges dans lesquels on peut entrer et conduire, une rotation de nos tirs à 360 degrés et des plateformes accessibles en arrière-plan. De nombreux boss marqueront la fin de votre traversée, un tank un soldat ou encore une abeille électrisante !

L’assassin des villes

Pas de demi-mesure proposée, ici tout ce qui bouge doit être abattu. Soldats armés, des gazis en jet pack ou encore des araignées mécaniques et autres machines équipées d’armes qui font bobo. Pour les contrer, on trouve un couteau pour les courtes distances, rebonjour Marchrius Dennis Rossi, des armes à feu, souvent situées au sommet de bâtiments. Gros calibre façon Colt 45 ou mitrailleuses, celle-ci s’utilise sans doigté. Lorsque le magasin est vide, le temps de recharge peut-être raccourci à la manière d’un épisode de Gears. Si l’on appuie au bon moment, nous gagnons une seconde lors du rechargement, ce qui n’est pas négligeable pour vaincre un boss qui nous agace. Avec nos armes, nous avons droit également à quelques grenades, celles-ci sont très efficaces contre des adversaires équipés de bouclier ou une machine. Je retrouve un brin de santé, des munitions et des grenades auprès des otages libérés, ils peuvent bien nous offrir une bière de temps à autre pour récompenser nos efforts !

Dans son gameplay, Brotherhood United emprunte un chemin coopératif, celui-ci n’est que local, mais il fait le taf. Il faut bien évidemment changer notre look pour ne pas confondre les personnages joués, une solution est la paire de lunettes de soleil avec un trois quart noir, façon Matrix ou une couleur de peau différentes.

Neo et Morpheus reprennent du service un peu plus tôt que prévu

Comme bien souvent avec ces « petits » jeux, aucun lag n’est présent, la fluidité est au rendez-vous et le tout s’enchaine vraiment bien. On peut changer nos armes à la volée, sauter à plusieurs reprises pour tuer nos ennemis ou grimper une tour sans saccade. En matière d’environnement, peu de nuances malheureusement, les décors urbains sont omniprésents et une fois les mécaniques en mains, les niveaux se font en une dizaine de minutes. Les checkpoints sont de la partie, une mort sera seulement punitive lorsque vos vies seront à zéro. Le fond sonore proposé est tristement répétitif et les sons émis par vos ennemis qui trépassent sont rigolos deux minutes, au-delà, sans aucune variété, cela devient un peu grisant.

La touche finale

Brotherhood United propose une coopération locale gardant l’ADN du style run’n gun. Hormis la mise en scène à son lancement, le jeu peut être joué entre proches. Si votre partenaire succombe, il faudra le libérer de la même manière qu’un otage, mais sachez que votre nombre de vies se verra partagé. Avec 17 succès, le titre est considéré comme un jeu facile. Comptez environ 2 heures pour gagner les 1000 G sans peur de casser une manette sur le sol.

Un bon défouloir à l’horizontale, voici comment considéré Brotherhood United. Un jeu indépendant simple, un peu trop, mais qui reste réussi. Le titre peut être ajouté à la wishlist du chasseur de succès surtout que durant, encore deux jours, il est proposé au prix de 7,19 € sur le Store Microsoft au lieu de 8,99 €.

Points positifs

  • Un bon défouloir solo ou en coop
  • Pour les amoureux de Metal Slu
  • 1000 G faciles
  • Moins technique et plus détente que ses pairs
  • Armes variés et boss fun

Points négatifs

  • Musique répétitive
  • Bruitages redondants
7
Snow Tig3r

Ecrit par : SnowTig3r 87

Chasseur de Succès et rédacteur à temps perdu !

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces