Les pépites de la rédaction vous présentent : Untitled Goose Game

Les pépites de la rédaction Untitled Goose Game SuccesOne.fr

Après vous avoir parlé d’un metroidvania avec un luchador mexicain la semaine dernière, il est temps de vous montrer un simili jeu d’infiltration avec une oie. Décidément le Xbox Game Pass est fourni d’OVNI farfelu et attachant.

Dans Untitled Goose Game on incarne une oie, ce volatile est bien décidé à faire mille et une bêtises dans la petite bourgade où il demeure. Le jeu nous permet de visiter quatre lieux différents : un jardin, une brocante, un quartier et enfin un pub. Pour progresser d’un niveau à l’autre vous devrez effectuer une liste de tâche à faire. Ces travaux prennent des allures de « bêtises » vu que chacune d’entre elles demandera de casser quelque chose dans le décor ou d’embêter un pauvre villageois. Alors on ne sera pas exhaustif afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais par exemple, on vous demandera de voler les clés d’un jardinier ou encore d’enfermer un pauvre enfant dans une cabine téléphonique. En gros vous jouez le caïd du quartier, mais une racaille avec l’élégance d’une oie.

Pour réaliser vos méfaits vous devrez être discret, car la plupart des villageois ne verront pas votre présence d’un bon œil, et vous chasseront à grand coup de pied et de balai. Du coup c’est là que rentre la composante « infiltration » du jeu d’House House. Finalement leur soft n’est qu’une réécriture colorée, épurée et enfantine des Metal Gear Solid, Hitman et autre Dishonored. Comme dans ces jeux, on observe les tours de ronde des « ennemies » pour agir en toute impunité, on évite leur cône de vision pour ne pas se faire chasser et enfin, le jeu regorge de petites cachettes où notre oie peut attendre et observer. Ici, tout est simplifié pour éviter au maximum la frustration du joueur, dans les autres jeux du genre se faire remarquer signifie déclencher l’alarme et se faire tirer dessus sans sommation ; la plupart du temps on est obligé de répliquer ou de recharger la sauvegarde. Dans Untitled Goose Game l’échec n’est pas pénalisant, on se fera juste chasser quelques mètres plus loin et vous n’avez qu’à attendre quelques secondes que le PNJ vous tourne le dos pour recommencer vos bêtises. Ici pas de game over ou un système de scoring qui vous sanctionne au moindre repérage, du coup on se sent tranquille et zen pour exécuter nos méfaits.

Là où dans les jeux d’infiltration « classique » c’est votre attention et votre patience pure qui sont requises pour réussir votre assassinat, ici c’est votre sens de l’expérimentation et de l’observation qui sera mis à l’épreuve. Les objectifs donnés ne sont jamais fournis avec un quelconque indice, du coup pour réaliser chaque tâche vous allez devoir interagir un peu n’importe comment avec les objets du décor et trouver lequel pourra vous servir pour réussir. Alors ce côté « au petit bonheur la chance » pourra en énerver certains, mais une fois l’environnement bien observé, la plupart des objectifs se réalisent de manière assez limpide. De toute façon pour passer au niveau d’après le jeu autorise que vous ratiez une tâche, toujours agréable. Autre point positif pour accessibilité du soft, c’est la simplicité des contrôles : une touche pour « cacarder », une pour prendre objet dans son bec, une pour s’accroupir et une pour courir. Simple et efficace.

Au-delà de son concept original, Untitled Goose Game est aussi un jeu facilement identifiable visuellement. Bon déjà la hype qui a accompagné sa sortie Switch/PC en septembre ainsi que la pluie de mèmes qui en a découlé a bien aidé. Maintenant, les gens bien informés peuvent reconnaître le jeu de House House en une seule image : « ah oui, c’est le jeu avec l’oie » diront-ils. Effectivement l’esthétique singulière du soft est assez unique. Comme son gameplay, c’est très épuré avec une orientation très cartoon. Certains diront que c’est un cache-misère, mais c’est en parfaite adéquation avec le style du jeu. Puis en mouvement c’est très efficace, notre oie est superbement animée et les mimiques des PNJ sont vraiment drôles à voir. Niveau sonore le soft fait le choix de la musique classique « dynamique ». La mélodie s’adaptera à ce qui se passe à l’écran : vous être repérés ? Hop la musique s’envole et devient cacophonique. Ça marche diablement bien et renforce l’identité « barré » d’Untitled Goose Game.

Finalement le seul défaut « indéniable », oui car un OVNI comme ça ne peut pas plaire à tous, que l’on peut faire au jeu Australien c’est sa durée de vie riquiqui, en trois heures grand maximum vous verrez le générique déboulé. Bon une fois les crédits déroulés vous aurez le droit à des taches bonus sur chaque niveau et la possibilité de les « speedrunés » permettant d’ajouter deux heures au soft. Mais ça reste peu, notre ami l’oie a décidé de privilégier la qualité plutôt que la quantité.

Niveaux succès, le jeu vous demandera justement de réaliser tous ses objectifs bonus et ses speedruns pour obtenir les 1000 G. En finissant le jeu en ligne droite, c’est seulement 360 G qui vous attendent. Pour ceux qui ne possèdent pas le Xbox Game Pass, Untitled Goose Game est disponible pour 19,99 €, un prix qui me semble honnête si vous accrochez au concept du jeu. On vous laisse avec un trailer du jeu, et vous retrouvez la semaine prochaine pour une nouvelle pépite de la rédaction !

Atome

Ecrit par : AtomTimmy

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces