GRID

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Test Grid

Quelque peu disparu des radars, la licence GRID renaît de ses cendres après un Autosport à oublier. La licence de Codemasters ne bénéficie pas vraiment d’une aura particulière tant les jeux de course sortis depuis le dernier opus en 2014 ont été nombreux et de qualité. Au milieu de cette concurrence difficile, coincé entre les simulations comme Project C.A.R.S. ou Asseto Corsa, les titres plus arcades comme Forza ou encore les titres spécifiques comme Dirt et F1, GRID veut essayer de se refaire une petite place au soleil. Après tout pourquoi pas, le talent de Codemasters n’est plus à prouver sur ce segment du marché. On retire la carrosserie et on vérifie ensemble s’il dispose des arguments suffisants pour ça.

Il est de coutume de dire que les premières sensations que l’on a lorsqu’on visite un appartement sont les plus importantes. Dans une moindre mesure, le menu d’un jeu donne le ton de l’expérience à venir.
Pour ce GRID, il s’agit d’une page d’accueil simple présentant un mode Carrière, un mode Jeu Libre, un mode Multi et la gestion du profil. Plutôt sobre et efficace, sans fioritures, ce qui correspond bien aux sensations que le titre nous propose au final. Direction le mode Carrière, qui fut une vraie force des 2 opus précédents aussi bien par sa construction que par sa variété (à remettre dans le contexte de l’époque évidemment).

Notre carrière de futur champion incontesté de toutes les disciplines imaginables débute par une vidéo de mise en situation, encore une fois très classique. Moins habituel, une fois la vidéo terminée le joueur est laissé sans aucun fil conducteur ni indication globale de la marche à suivre. On se doute bien qu’il faut participer à des courses et les gagner, ce qui nous fera atteindre la phase finale : les World Series. Le mécanisme est vu et revu : enchaîner les victoires pour acheter des véhicules supérieurs pour gagner les courses plus ardues, tout ceci en boucle jusqu’aux fameuses World Series.

Au diable la sécurité ! Tout ce que je veux faire, c’est courir !

Il y a 6 catégories de course, chacune découpée en 13 championnats. Il faudra en terminer 10 pour débloquer l’accès à la finale de la catégorie. Certains championnats sont assez longs, et pourtant la finale de la catégorie pourra durer seulement 2 tours d’un petit circuit. L’inverse de ce que propose par exemple Forza Horizon, avec sa grande finale de 10 minutes minimum pour chaque catégorie, ce qui rend les choses un peu plus valorisantes. Les types de course en mode carrière sont assez chiches : course classique ou Time Attack pour lequel il faudra réaliser le meilleur chrono sur 3 tours – le mode Drift a par exemple disparu – ce qui fait bien peu au regard de la concurrence, même pour un jeu si ouvertement arcade.

Les deux autres modes sont assez similaires, les opposants IA ou humains en multi étant la principale différenciation entre « Jeu Libre » et « Multi ». Le premier permet de configurer votre circuit, de son tracé au nombre de tours en passant par la météo. Rien de révolutionnaire mais ça fait le boulot. Enfin, la partie profil permet de suivre ses objectifs pour gagner des badges en réussissant des actions spécifiques (remporter les circuits, réussir 500 bons virages, etc.). On peut aussi y voir les écuries pour sélectionner un meilleur partenaire en course. Chacun a sa personnalité et sa spécialité de catégorie, ils prendront une part plus ou moins importante de votre gain de course comme salaire selon leur niveau.

Etre deuxième, c’est être le premier des derniers.

Venons-en au coeur de tout jeu de course : son gameplay. Le style de conduite est très arcade, dans le bon sens du terme. C’est vraiment plaisant avec beaucoup de circuits sur 13 destinations (Barcelone, Sidney, Zhejiang, San Francisco, etc.) pour environ 80 tracés différents. A l’inverse, il y a peu de véhicules : 71 bolides seulement en comptant les voitures GRID Edition offert avec la version Ultimate du jeu. Le garage qui nous permet d’acheter et choisir notre voiture nécessiterait d’ailleurs un bon gros patch, car il subit un bug agaçant qui affiche une voiture qui n’est pas celle que l’on souhaite acheter et des lenteurs énormes à chaque changement de sélection de véhicule. C’est insupportable et ça nuit vraiment à l’expérience, comme vous pouvez le voir sur la capture ci-après :

En course, les présentateurs Christelle et Alex qui discutent avant chaque départ sont agaçants et répétitifs, beaucoup de bruit pour rien car GRID aurait été plus agréable sans ce remplissage. Il y a d’autres points négatifs bien qu’ils ne nuisent pas au plaisir de la conduite comme l’absence de mode Photo ou d’arrêts au stand (ok c’est de l’arcade, mais moi j’aime bien les arrêts au stand). La prise en main est assez souple malgré des choix de boutons un peu étonnants car A permet de passer le rapport supérieur (là où les autres jeux y mettent le frein à main) et X pour baisser de vitesse. Un peu déroutant lorsqu’on a passé plus de 100 heures sur Forza et compagnie. Rapide encart sur la partie graphique : c’est pas mal, avec quelques très jolis reflets de soleil et de jolies flaques d’eau mais surtout aucun lag ou aliasing. Assez beau, pas de faute technique ou de faute de goût, c’est validé.

On parlait un peu plus haut de partenaire de course, part de l’identité des jeux GRID. Les courses se font en équipe de deux, comme en Formule 1 par exemple, et ce partenaire nous aide à gagner un peu plus de crédits (lorsqu’il daigne terminer dans le Top 3). On lui donne des ordres en courses, via l’ingénieur radio de l’équipe, comme ordonner un dépassement ou rester en position, voire même de ne pas perdre de place ce qui est un ordre assez étonnant dans une compétition. A l’inverse, il est possible de se faire des ennemis suite à certains chocs en course. Leur utilité n’est pas flagrante car aucun ne m’a jamais « attaqué » ou sorti de piste. D’ailleurs, puisqu’on a mentionné les chocs, GRID est un vrai jeu d’arcade dans lequel les chocs sont fréquents, bien que les dégâts causés sur les véhicules soient assez abstraits.

Pendant chaque course, on remarque un compteur de score qui s’affiche au milieu de l’écran, dans le plus pur style des kudos pour les fans (et anciens) de Project Gotham Racing ou des points de prouesse pour les réguliers de Forza. Ceci dit, c’est comme les ennemis : on ne sait pas à quoi ça sert. On voit les points se cumuler à chaque zone propre, bonne trajectoire, dépassement ou encore aspiration puis ils disparaissent du HUD du jeu. Rien non plus sur la remise de prix à la fin de la course qui pourrait les mentionner. On a le sentiment que Codemasters a voulu inclure des choses sans aller jusqu’au bout, soit par manque de temps soit par manque de qualité de ces items.

S’il y a une bosse, reste à fond : la piste est peut-être toute droite derrière.

Terminons en beauté avec les succès. La liste suit bien le cours de l’histoire, impossible d’en manquer car il faut simplement finir toutes les courses du jeu. Comme pour chaque autre partie du jeu, il y a aussi ici un, petit défaut un peu incompréhensible car un dernier irrésistible succès empêche le 100%. Nommé « Tour du monde: Parcourez une distance égale à la circonférence de la terre » il semble que les développeurs soient arrivés à court d’idée car ça équivaut à 40 000 km. Il est probablement fait pour garder les complétistes sur le jeu mais ça ne fonctionne pas du tout, car en ayant fait un 100% en Carrière et un peu de course en « Jeu libre » j’ai fait 6% du succès. Bref, je suis en colère 🙂 .

Après avoir fait le tour complet du propriétaire, l’impression de départ donnée par ce menu chiche et sobre est confirmée. GRID est très agréable à jouer avec un côté arcade assumé qui vient compléter un segment du marché des jeux de courses / simulations avec une proposition différente. Il n’est pas exempt de défaut mais aucun n’est rebutant et les sensations de conduite sont bonnes. Typiquement le bon achat pour combler un manque que ne semble pas prêt de combler le prochain NFS Heat pour les amateurs de courses sans prise de tête.

Le jeu a été testé sur une version presse fournie par l’éditeur. Merci à eux.

 

 

 

 

Points positifs

  • Mode carrière assez long...
  • Graphisme top sans aucun bug
  • Sensation de vitesse
  • Conduite arcade plaisante

Points négatifs

  • ...mais histoire trop simple
  • Mode de jeu limité
  • Gestion Co-pilote/Ennemi à la ramasse
  • Peu de véhicule
7
SO Benji94400

Ecrit par : SO Benji94400

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces