Goosebumps Dead of Night

Par le dans Tous les tests, 3 en plus

Test Goosebumps Dead of Night

Connu à l’état de roman jeunesse, la saga chair de poule écrite par R.L. Stine a connu nos petits écrans en séries télévisées dans les années 90 et aussi avec le jeu Goosebumps : The Game paru sur Xbox 360, mais rétrocompatible sur Xbox One. Après deux longs métrages récents, cette licence revient avec un nouvel épisode à nous proposer sur Xbox One grâce au studio Cosmic Forces. Entre jeu de survie et d’énigme quel crédit, quel ressenti puis-je vous apporter sur ce test ? Réponse ci-dessous.

See, Slap Slappy

Après une longue page de chargement, ce Goosebumps Dead of Night décide enfin de m’ouvrir les portes de son manoir. Une interface du menu principal épurée me laisse croire à un jeu simple, pour enfants avec un contenu frissonnant, mais burlesque. Dans ses options, les grands classiques d’un simulateur de marche : le choix des sous-titres où le français est disponible malgré que les voix des personnages soient en full english, l’inversion de l’axe et pour finir la sensibilité des mouvements.

J’entame le premier tiers du jeu dans la maison de l’auteur lui-même, à souligner que l’auteur des romans est doublé dans cette version par Jack Black (comme au cinéma donc). Ce premier acte me fait rencontrer le célèbre pantin Slappy, entre lui et le clown de Stephen King mon enfance sociopathique revient en mémoire ! L’espèce de Pinocchio a déchiré les pages de certains romans et par cet acte, a libéré les montres les plus connues de la saga. Entre une charmante goule, un clown tordu et un loup-garou, le jeu prend la forme d’un survival-horror et je lutte pour rester en vie. Cherchez les pages du livre dans les pièces de cette immense bâtisse, tout en explosant quelques nains de jardin et se cachant dans divers placards voici les règles du jeu.

Le deuxième acte est plus détendu, si je ne prends pas en compte les piranhas, les abeilles mortelles ou encore passer pour un quatre heures aux yeux d’une plante carnivore, sous forme d’un jeu de piste. Il faudra donc se résoudre à quelques énigmes assez simples pour franchir ce jardin vivant et vivace. Par la suite divers casse-tête seront présents pour avancer. Là le bestiaire des horreurs s’attendrit avec des automates mécaniques ou encore des oursons gélifiés, mais restez sur vos gardes, car ils restent tous aussi mortels que les créatures présentées en amont.

Pour conclure le scénario proposé, la dernière ligne droite sera basée entre un jeu de tir et une course entre plateformes mal fixés. Les sorcières de glaires seront l’ennemi le plus commun avant de s’occuper du pantin machiavélique.

Entre exploration et trouille

Les phases de jeu sont simples, il suffit de marcher et d’interagir avec les éléments du décor afin de les saisir ou de se cacher par exemple. Le soft propose des styles différents de jeu, mais reste dans un univers assez glauque et aux morts violentes. Même si mes souvenirs ne caractérisent pas les œuvres chair de poule d’histoires d’horreur, ce jeu vidéo propose de nombreux Game Over a vous donner des frissons, surtout dans sa première partie. On joue avec une vue à la première personne est très vite, voir très vite, la goule nous surprend lorsqu’elle nous attrape. Le clown se cache derrière vous avec un rire diabolique et Slappy s’amuse à courir au travers des couloirs de la maison telle un Chucky en colère. N’oublions pas qu’un loup-garou rodé au rez-de-chaussée et que les nains de jardin sont toujours dans les parages pour nous embêter. Pas le temps de voir ce qu’il m’arrive, un demi-tour et je cherche une cachette dans la douche.

Un titre réussit, mais court

L’univers y est très bien dessiné et fidèle à cette saga, un développement sans doute inspiré par quelques scénarios de films aux budgets modestes, mais cet opus est bien mieux que son prédécesseur sortit en 2015. Le nanar tient la route accompagnée par une bande sonore pleine d’immersion. Pour nos amis chasseurs de succès, il faudra bien sûr réussir à s’en sortir, mais aussi mourir pour avoir les 1000 G proposés. Oui, vous devrez passé sous chaque griffe, balai, tentacule et affrontez la mort en face pour débloquer vos réalisations. Le souci que je peux dire concernant ce Chair de poule 2020 est sans nul doute sa durée de vie très faible et de son prix affiché. Le jeu se termine en deux ou trois heures tout au plus en prenant en compte les très nombreux échecs auxquels vous ferez face, et ce pour la somme de 39,99 € sur le Store Microsoft, un prix élevé en vue de la trame et le contenu proposé.

Les amateurs de frisson, de survie et de casse-tête aimeront sans aucun doute Goosebumps Dead of Night en retrouvant Slappy et ses comparses. Seul contre tous, il vous faudra l’arrêter avant qu’il ne libère d’autres créatures. Malgré son côté jeunesse, je conseillerais ce titre à partir de dix ans en vue de certaines scènes pas forcement effrayantes, mais surprenantes qui pourraient déplaire aux plus jeunes. Un prix trop élevé pour son contenu, mais je ne peux nier que le charme Chair de poule est bien présent dans chaque acte proposé.

Points positifs

  • 1000 G faciles
  • Frissons garantis
  • En lien avec les romans
  • Énigmes modérées
  • DA et IA corrects

Points négatifs

  • Trop court
  • Trop cher
  • Une fois terminé, on fait quoi ?
7
Snow Tig3r

Ecrit par : SnowTig3r 87

Chasseur de Succès et rédacteur à temps perdu !

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces