Gears Tactics

Par le dans Tous les tests, 4 en plus

Transformer une licence aussi guerrière et explosive qu’est la saga Gears Of Wars, en un jeu de stratégie tactique n’est pas une chose facile. C’est pourtant ce que deux studios de développement ont tenté de faire. Essai réussi ? Ou gros plantage en bonne et due forme ? C’est ce que nous allons voir ensemble dans ce test réalisé sur la version PC du soft édité par Xbox Game Studios.

GearsCOM-like

Inutile de vous présenter la franchise Gears of War, initialement sortie en 2006 et crée par Epic Games avant le rachat de la série par Microsoft en 2014. Les deux studios travaillant conjointement sur le projet d’un jeu tactique au tour par tour sont bien entendu The Coalition, qui développe les jeux Gears depuis le quatrième épisode et Splash Damage qui eux ont travaillé sur les divers modes multijoueurs de la saga. Il faut savoir avant toute chose que Gears Tactics voit le jour sur PC via le Windows Store à travers le Xbox Game Pass PC et Steam depuis le 28 avril 2020. Il sera disponible sur Xbox One plus tard dans l’année, et bien sûr inclus dans le Xbox Game Pass.

Présenté en 2017 durant l’E3 aux côtés de Gears 5 et Gears Pop! Le jeu se veut pour un public plus large, bien qu’il soit un jeu de stratégie, puisqu’il n’accorde aucune importance aux divers épisodes sortie jusqu’à ce jour. Le jeu se déroule quelques années avant les événements de Gears of War premier du nom, et vous fera incarner plusieurs soldats de la CGU, notamment le père de Kait Diaz, personnage principal du cinquième épisode. Connaître l’univers Gears of War ne vous sera vraisemblablement pas utile sur cet opus. Le scénario n’est qu’anecdotique et n’est qu’un prétexte pour en faire un XCOM-like bien punchy. Pour les biens du test et de ma santé mentale, j’ai fait le jeu en mode intermédiaire ; soit le second mode de difficulté sur les quatre disponibles et sans activer le mode Iron-Man qui ne laisse aucune place à l’erreur. Ce dernier vous empêchera de recommencer une mission ou d’accéder aux sauvegardes durant une partie, un mode de jeu indispensable pour les plus puristes de ce genre de jeu.

Tout comme la non moins célèbre franchise XCOM, dont s’inspire sans se cacher Gears Tactics, vous vous déplacez sur un champ de bataille avec une escouade de 4 soldats qui seront plus ou moins les mêmes au fil de vos missions. Avec un nombre d’action et déplacement limité au tour par tour, laissant également l’ennemi exécuter ses actions avec les mêmes règles de jeu que celle du joueur. L’IA à une part importante dans la richesse des T-RPG, sans une bonne intelligence artificielle il est difficile d’en faire un jeu crédible sur le plan stratégique. Sur ce point-ci, Gears Tactics tape dans le mille, les ennemis font tout le nécessaire pour vous prendre à revers et vous mettre les bâtons dans les roues. Fort heureusement, un ajout conséquent de ce jeu est le fait d’être récompensé en tuant vos ennemis au corps à corps avec des scènes d’exécutions très graphiques. Des mises à mort aussi bien à coup de tronçonneuse ou d’écrasement avec le fusil de sniper, j’en passe et des meilleurs… Ces actions sont parfois risquées, puisqu’elles peuvent vous mettre en position délicate sur le champ de bataille, donnant une action supplémentaire aux soldats qui n’ont pas fini encore leurs tours.

Moches et méchants

Le bestiaire est vraiment varié, et fera appel aux pires ennemis croisés dans la série. Vous allez les découvrir tous au fur et à mesure de vos pérégrinations dans la campagne, afin d’appréhender au mieux leurs forces et faiblesses avant d’entamer la fin du jeu avec toutes les variantes possibles d’ennemis. Entre ces « trash mobs », vous allez affronter des ennemis encore plus coriaces, les boss et des biens gros en plus, qui vous donneront du fil à retordre. Il faudra aussi compter sur les puits d’émergence qu’il faudra détruire très vite avec une grenade sous peine d’être submergé d’ennemis. Le jeu propose entre autres des missions secondaires, obligatoires, avec plus ou moins toujours les mêmes objectifs à accomplir ce qui à la longue est lassant. Tout cela gonfle artificiellement la durée de vie du titre, qui est déjà très longue pour ce genre tactical.

Vous aurez aussi la possibilité de ramasser des caisses, disséminées ici et là dans les niveaux qui s’ajouteront aux récompenses de chaque fin de mission. Les caisses lootableq dans les niveaux peuvent elles aussi vous mettre en difficulté. Il est parfois judicieux de ne pas toutes les ramasser, car les récompenses ne sont pas toujours égales vis-à-vis du danger qu’il faudra prendre pour les ramasser. Ses boîtes à butin s’ouvrent à la fin du niveau, comme des lootbox, mais sans l’intégration d’argent réel. Elles vous donneront des produits cosmétiques et de l’équipement plus ou moins rare afin de customiser vos Gears à votre guise.

Et c’est là que pour moi le bât blesse, il est difficile de faire une customisation optimale avec l’interface mise à disposition et la vitesse folle avec laquelle les nouvelles recrues viendront gonfler vos rangs. C’est très vite le bazar dans l’inventaire d’objets, car vous allez en obtenir tout du long de votre aventure. Sans parler des arbres de compétence pour les différentes classes de Gears, qui peuvent également évoluer pour devenir encore plus efficace. Alors oui, l’offre en matière de choix et des différents aspects de chaque classe est énorme, et surclasse quelques jeux du même acabit sur certains points. Mais il faut s’accrocher un minimum pour ne pas être englouti sous un tas d’informations et optimiser au mieux vos soldats. Pour rappel, si vous perdez un soldat sur le champ de bataille ce dernier est bel et bien mort pour de bon, armes et armures ramasser depuis x heures de jeu disparaissent définitivement.

À vos ordres, Chef

C’est pour cela que l’aspect stratégique de Gears Tactics est important. Le placement de vos unités est crucial et bien qu’étant en mode intermédiaire, je me suis souvent retrouvé piégé à cause des puits d’émergence ou largage d’ennemis. Des évènements inclus afin de rendre les batailles plus épiques, alors qu’on pensait être tranquille. Il vous faudra parfois recommencer, car vous vous apercevrez que votre placement n’est pas viable suite à une apparition de nouveaux ennemis. Il n’y a aucune honte en soi de recommencer pour éviter les divers pièges. Si vous avez bien personnalisé vos Gears et équilibré au mieux vos escouades, vous pouvez tirer à profit de chacune de leurs capacités spéciales afin de vous offrir plus de chance de survie.

Parfois, il faudra s’armer de patience et juste entrer en vigilance et attendre que l’ennemi vienne s’empaler sur vos défenses. Sauf sur les combats de boss, qui de toute évidence, mettra vos nerfs à rude épreuve dans des batailles épiques et titanesques. On notera qu’il y a un tutoriel au début du jeu, mais vraiment expéditif qui pourrait rebuter les plus néophytes d’entre vous, puisqu’il laisse très rapidement place au véritable jeu. Un bien pour un mal me direz-vous, pour les plus aguerris d’entre nous. Mais qui aurait pu être optionnel et un peu plus poussé pour ceux qui découvriront les T-RPG, et ils seront nombreux vu l’aura de la série Gears.

Allo Gears ?

Gears Tactics est très joli techniquement, le jeu tourne bien malgré quelques chargements de texture en retard. Il souffre tout de même de problème parfois handicapant comme l’impossibilité de changer de Gears ou d’ennemis bloqués dans le décor, mais un rapide chargement en arrière et les problèmes sont réglés. Un patch viendra sûrement corriger ses quelques soucis techniques et ne devrait plus être présent sur la future itération console.

L’orchestration des musiques au cours des missions est relativement discrète, mais très entraînante sur les moments de tension notamment les combats de boss. Le tout reste cohérent avec l’ambiance des niveaux, quant aux dialogues des soldats, ils répètent assez vite la même chose, le jeu dispose d’une VF correcte dans la droite lignée des précédents Gears. Il faudra compter une bonne trentaine d’heures pour en faire le tour, même si les 10 dernières heures ont été pour moi un long chemin de croix à cause de la répétitivité des quêtes secondaire obligatoire.

Si vous venez régulièrement sur SuccesOne.fr, pour votre chasse aux succès, Gears Tactics vous en proposera 50 pour une valeur de 1000 G dans sa version de base. Il vous faudra du courage et des nerfs d’acier pour compléter le jeu à 100 % ainsi qu’une bonne dose de patience pour venir à bout des 10 000 ennemis.

Alors essai transformé pour la licence Gears ? Oui et non, étant joueur de Tactical RPG comme XCOM ou Mutant Year Zero, Gears Tactics n’apporte que de maigre innovation et ne fait que copier d’excellent jeu. Mais il les copie bien ce qui n’est pas chose facile. Étonnamment, l’univers de Gears se prête parfaitement au T-RPG, grâce à un bestiaire varié et terriblement efficace. Si vous êtes en manque de ce style de jeu bien évidemment foncé ! Mais il ne faudra pas s’attendre à de grandes évolutions majeures, car il n’en a rien. L’histoire passe au second plan et se trouve être sans intérêt, mais ce n’est évidemment pas l’atout majeur de la franchise Gears de manière générale. C’est avant tout des jeux avec un gameplay aux petits oignons et bien polishé que l’on retrouve dans cette itération. Gears Tactitcs n’est donc pas un mauvais jeu, si c’est votre premier Tactical RPG vous pouvez rajouter +1 à la note finale. Mais si comme moi, vous avez plusieurs centaines d’heures sur ce style de jeu, vous allez peut-être vous ennuyer surtout à cause des quêtes secondaires répétitives.

Points positifs

  • Gameplay au poil
  • Efficacité du bestiaire
  • Admirablement beau
  • Respect de la licence
  • Strategie diverse et varié

Points négatifs

  • Tutorial trop court pour les débutants
  • Aménagement des menus de customisation mal pensé
  • Contenu secondaire redondant
  • Trop long à cause de mission de remplissage
  • Innovation bien maigres
  • Clap de fin vue et revue
  • Scénario anecdotique
6
Oxor

Ecrit par : OxorTv

Rédacteur

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces