AVICII Invector

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Test AVICII Invector

Tim Bergling alias Avicii nous a quitté le 20 avril 2018. Une mort tragique marquée par une forte dépression qui a eu raison de lui.
En mémoire, ce 5 décembre a eu lieu Avicii Tribute Concert, rassemblant 58 000 personnes, ce concert dédié à sa mémoire a réuni de nombreux artistes de la scène électro.
Avant de s’en aller, l’artiste a collaboré avec le studio Hello There Games et le résultat se nomme Invector, un jeu sortit à la fin de l’année 2017 sur PlayStation, seulement accessible aux États-Unis.
Mais cette collaboration a été poursuivie par sa famille et ses proches afin d’être disponible sur d’autres plates-formes, dont la Xbox One. Cette nouvelle version est rebaptisée Avicii Invector.
Mais après ces quelques informations, que vaut cet opus variant chansons et décors sidéraux ? Découvrez-le dans ce test.

Si vous ne le savez pas encore, ce jeu peut être comparé au fameux Rock Band. Votre but est de spammer les boutons de vos manettes pour entrer dans une quasi-exactitude dans le rythme des titres du suédois.
Au programme, six mondes différents et 25 titres mondialement connus, dont 2 titres posthumes, se marient dans un visuel spatial et très fluorescent. Des hits regroupant des collaborations connues du grand public comme « Hey Brother », « Heaven » et « Wake me up » entre autres.

« Addicted to you » que j’affectionne particulièrement ne figure malheureusement pas dans cette playlist, j’espère que du contenu supplémentaire arrivera pour l’enrichir dans les mois à venir.

L’Electro Band de l’espace

Avec 3 niveaux de difficulté proposés, il vous faudra patience, anticipation et rigueur afin de créer un sans-faute ultime symbolisé par la note S+ et être pourquoi pas le premier mondial. Bonne chance à vous.

Dans les options, je remarque la présence d’un réglage sur la latence, afin de calibrer au mieux vos actions dans le jeu, le réglage par défaut est idéal même s’il faut se caler avec le rythme des chansons. Après quelques essais, cela devient plus fluide et plus facile.

Une légère histoire se peaufine le long du jeu avec une jeune fille nommée Stella et son vaisseau qui sont sujets à de nombreuses péripéties. La base du jeu n’est pas là, mais permet de souffler et de se re-concentrer pour la suite.

Un savant mélange sons et lumières

Les modes Facile et Normal sont disponibles dès le départ du jeu, le mode difficile sera jouable lorsque le mode normal sera terminé.
Dans le sens terminé, il ne faut pas comprendre finir la piste musicale, mais accomplir au minimum 75 % de réussite sur chacune d’elle.
Ce pourcentage est largement réalisable, mais demande un certain doigté durant les chansons.
Le mode facile me propose un couloir unique, les touches A LB X et le joystick seront vos seuls choix possibles le long de ce chemin coloré et sonore. Des scènes où mon vaisseau plane et traverse des halos de lumières sont d’une détente appréciable. Un court temps pour me concentrer, visualiser mon score et mon pourcentage de réussite avant de replonger dans la course.

Pour améliorer ce score, il me suffit de réaliser l’action prédéfinie sur l’écran, en rythme avec la chanson, facile.
Non, pas tant que cela, au départ les touches arrivent tranquillement, au fur et à mesure que ma série augmente (nombre de bon mouvement à la suite), une impression de vitesse plus élevée et de multiples virages se succèdent sur mon trajet. Lors d’une erreur, cette vitesse diminue, ce qui peut entraîner quelques couacs sur mon redémarrage. Même si le Game Over n’est pas d’actualité dans ce jeu, il reste frustrant d’échouer à mi-chemin pour obtenir le 100 %.

Des bonus multiplicateurs sont présents également afin d’améliorer le score final et, avec un bon enchaînement, une barre de boost sera disponible. L’activation de ce boost se fait par la touche RT, une fois activée, l’impression de vitesse extrême se fait sentir. Durant ce laps de temps ma série ne tombe pas à zéro même sur les actions manquées, une occasion de grossir le score au détriment de mon pourcentage de réussite.

En mode normal, ces fondamentaux restent valables, mais la difficulté se note en ajoutant des touches à actionner (Y et B) et des déplacements à 360° seront demandés afin d’être au-dessus de la touche à actionner. En plus de cela ma piste se retrouve à avoir 3 voies sur chaque face de ce tunnel triangulaire.

La difficulté suivante se résumera à jongler entre tout cela, mais dans un rythme encore plus soutenu, bon courage, je n’en ai pas encore eu la force ! Le mélange sons et lumière est tout simplement magnifiques, les titres d’Avicii se marient à la perfection dans un monde très coloré et brillant. Les parties sont courtes et intenses, elles demandent pas mal de pression afin de parvenir à la réalisation de quelques succès.

Avicii Invector est jouable également sur écran partagé, jusqu’à 4 joueurs simultanément, casque ou enceinte obligatoire et le silence laisse place à la musique.

Je l’ai eu, je l’ai vu, mais pas vaincu !

Ce paragraphe est destiné en partie à la bande-son, vu le jeu proposé, je la fais courte.
Si vous aimez le bon son Electro-Dance foncez, mais si vous cherchés les 1000 G bon courage à vous et grand bravo si vous y parvenez.

Hormis ce challenge, je n’ai rien à redire sur le titre, les parcours sont variés et nombreux. Ils restent identiques chaque session donc à force, on connait bien les combinaisons afin de garantir le minimum de 75 % de réussite exigé et ainsi terminer les 3 difficultés. Ces modes peuvent se finir en 2h30, le jeu est très fluide, aucune baisse de frame-rate durant ce test et heureusement, car tout repose sur cela.
Les 25 chansons proposées permettent un bon moment devant la télévision et une immersion ultime avec un bon casque ou une barre de son qui fait son travail.

Avicii Invector est un grand jeu pour son thème, musiques et couleurs dans un monde électro au top et une fluidité hors pair.
25 titres du regretté DJ suédois semblent peu, mais restent en adéquation avec son prix de vente fixé à 19,99 € sur le store Microsoft. Il est, je pense, bon de vous rappeler que cet opus est déconseillé aux personnes sensibles aux lumières vives et aux personnes épileptiques.

Note de fin, une partie des royalties (bénéfices sur le droit d’auteur) du jeu sera reversée à la Fondation Tim Bergling. Elle soutient des organisations à vocation scientifique qui mènent des recherches sur les causes et la prévention du suicide, en particulier pour les jeunes. Mais aussi sur le changement climatique, la préservation des espèces menacées, la faim dans le monde, des sujets pour lesquels Tim Bergling était passionné.

Ce test a été réalisé avec une version presse de l’éditeur, merci à eux.

   

Points positifs

  • 25 titres variés
  • Très fluide
  • Du mal à s’arrêter de jouer
  • Mulijoueur local
  • Contributeur à la Fondation Tim Bergling

Points négatifs

  • Réalisations difficile
  • Gameplay technique
  • Ne convient pas aux épileptiques
9
Snow Tig3r

Ecrit par : SnowTig3r 87

Chasseur de Succès et rédacteur à temps perdu !

2 Commentaires :

Rejoindre la discussion
  1. Nico Copel

    testé pour ma part sur switch et bonne surprise en effet. Ca se laisse bien jouer. Ca permet aussi de découvrir des chansons de l’artiste moins commerciale qui sont pourtant excellentes.

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces