A.O.T. Wings of Freedom

Par le dans Tous les tests, 2 en plus

Test A.O.T. Wings of Liberty

A toute personne vaguement intéressée par les mangas le titre l’Attaque des Titans dit sûrement quelque chose. Normal, puisque c’est l’un des « phénomènes » de ces dernières années. Plus de 3 ans après son adaptation en anime, un jeu tiré de la licence arrive sur nos étals pour enfin nous faire profiter des voyages en harnais tridimensionnel. C’est le studio Omega Force, spécialiste des adaptations de mangas en jeux vidéo, qui s’y colle. Son cahier des charges semble clair : nous faire découper du titan.

aot-1

Dinner time

Attack On Titan : Wings of Liberty se veut donc fidèle au matériel d’origine et respecte à la lettre le scénario du manga. L’avantage de ne pas se retrouver avec une histoire abracadabrante écrite sur un demi ticket de métro est contrebalancé par le fait que toute personne ayant lu ou vu l’Attaque des Titans a déjà connaissance de tous les éléments. Adieu donc l’effet de surprise scénaristique, il ne reste à A.O.T. que son gameplay pour nous séduire. On se retrouvera donc à incarner tous les personnages principaux (et poseurs, comme tout perso de manga qui se respecte), comme Eren, Mikasa ou encore Livaï.

Pour ceux qui nous lisent avec le regard vif d’un lamentin échoué, je reprends les bases. Dans un monde dystopique, l’humanité est réduite à sa portion congrue et assiégée par des Titans, des êtres de chair de plusieurs mètres de haut, asexués, et dont l’unique occupation est de consommer des humains. Recroquevillés derrière 3 murs gigantesques, l’apparition d’un Titan Colossal qui éclate le premier des murs sus-cités entraîne le début de la fin pour tous ces petits bonhommes qui ne courent pas assez vite. Eren perd sa mère dans cette affaire et jure de devenir un soldat pour défendre l’humanité et détruire les titans, le tout à grand renfort de discours grandiloquents comme seule l’animation japonaise sait en produire. C’est à la fin de son entrainement que le joueur débute, en attaquant lâchement des titans en bois dans un didacticiel assez mou.

aot-11

Titanicide

Le jeu se présente sous la forme d’un Monster Hunter. Dans une carte fermée, on se déplace librement pour aller anéantir tous ces pauvres petits titans affamés. On y retrouve tous les classiques du genre, avec missions annexes pour monter de niveau et débloquer du matériel, collection d’éléments à farmer pour pouvoir améliorer le matériel, etc. La particularité d’A.O.T se trouve dans les déplacements. On ne se déplace pas uniquement à pied et à cheval, on profite d’un harnais tridimensionnel pour se propulser dans les airs. C’est bien le minimum car les titans, dont les modèles proposés vont du petit au très grand, ne sont tuables que par un coup d’épée bien placé dans la nuque. Pour les atteindre, il faut donc commencer par en découper des bouts (bras ou jambes) pour terminer le boulot d’une attaque descendante du plus bel effet.

Durant les premières missions, on se prend au jeu et on virevolte à tout va pour secourir les autres soldats, apparemment tous des incapables notoires, ou dézinguer tous les ennemis de la carte avant l’apparition du boss (toujours incarné par un titan géant). C’est dynamique et punchy, on utilise le harnais pour prendre de la vitesse et traverser la ville ou la campagne, on découpe une jambe, un bras, et on termine en beauté sur cette jolie nuque offerte. La maniabilité est bonne, les personnages réactifs, les commandes deviennent intuitives et on enchaîne les missions. Après une dizaine / vingtaine / trentaine de missions passées à combattre les mêmes ennemis dans des environnements plutôt identiques, on regarde sa montre et la liste des chapitres restant d’un air désespéré. Le bonheur simple du début de jeu est progressivement remplacé par une lassitude exponentielle, due à la répétitivité incroyable d’A.O.T.

aot-5

Lier le texte à l’image peut prêter à confusion

Comme des mouches autour d’une vache

En dehors de 2 ou 3 exceptions, on ne rencontre pendant la vingtaine d’heure que dure le jeu (comptez entre 10 et 20 min par mission) que 3 types d’ennemis: les petits titans, les moyens titans et les grands titans. Certes, leur comportement et leur résistance évolue, mais ça reste 3 ennemis. 3 ennemis, à raison de 20 à 50 titans par mission. Pendant 20 heures. Heureusement que le gameplay est assez bien pensé sinon personne ne dépasserait les 5 heures de jeu, pas même les fans les plus hardcore de la série. Cerise sur le gâteau écœurant, les combats deviennent un joyeux bordel dès qu’on dépasse les packs de 3 titans. On ne voit plus trop où on va, on rate une attaque sur 2 sans trop savoir quel ennemi nous a bloqué, ça ajoute clairement quelques bûches dans le feu de la frustration.

Malheureusement, l’enrobage est aussi moyen que le contenu. Si le cell-shading utilisé est propre et correspond parfaitement au graphisme du manga, les environnements sont tristounes et très vides. Les graphismes sont dans l’ensemble passables, de l’aliasing, du clipping pour les ennemis les plus lointains et quelques baisses de framerate viennent aussi gâcher un peu l’expérience. C’est d’autant plus dommageable que le nombre d’éléments à afficher n’est pas très élevé, que les textures sont peu variées et qu’il n’y a que peu d’effets de lumière, de fumée ou de particules. A titre de comparaison, Dead Rising 3 sorti en même temps que la console est bien plus bluffant. On retrouve l’identité de la série, c’est sûrement le principal, mais un petit effort eut été le bienvenu tout de même.

aot-10

Pas de bras…

Pour se farcir ces hordes de vilains envahisseurs géants, nos héros ont droit à un peu de matos et parfois même d’utiliser un cheval. Sa maniabilité est … étrange. Il répond au doigt et à l’œil, mais peut opérer des changements de direction bruts sans ralentir ni subir une quelconque force centrifuge. C’est plutôt pratique en combat mais pas du tout crédible – si on considère qu’une invasion de titans est une chose plausible et qu’il nous reste des chevaux à ce moment-là. La partie inventaire est très légère, il y a 3 pièces d’équipement (lames / fourreaux / harnais) que l’on peut améliorer ou remplacer par d’autres. Après 10 heures de jeu et 2 chapitres terminés sur 4, les marchands proposent moins de 10 pièces par équipement dont celles que l’on possède au début du jeu. Chaque pièce n’a qu’une seule possibilité d’évolution, celle-ci n’influe d’ailleurs que sur 3 critères.

Idem du côté des aptitudes débloquées au fil de la progression. A chaque héros les siennes (malgré que certaines soient en fait communes), celles-ci sont imposées. A aucun moment le joueur ne peut choisir une compétence plutôt qu’une autre pour faire évoluer son style de jeu. Les débloquer permet d’ajouter un peu de piment aux combats mais elles restent trop superficielles. A.O.T. est plus que dirigiste et ne nous laisse aucune marge de manœuvre, réduisant ainsi l’attachement du joueur à ses personnages. Après 2 ou 3 heures de jeu, on en vient à zapper les cinématiques (puisqu’on connait déjà l’histoire), les comptes-rendus de mission (puisqu’on ne peut pas choisir nos compétences) et simplement enchaîner les missions pour vite arriver au bout du jeu.

aot-9

Vous verrez souvent apparaitre ce genre de choses sur la mini carte

A.O.T. manque de diversité à tous les niveaux, que ce soit en terme de gameplay ou d’inventaire. Le génocide de titans, très dynamique et agréable au début, devient lassant, le farming d’éléments est trop secondaire pour apporter une motivation supplémentaire, les environnements sont trop vides et similaires pour nous encourager à les explorer. Malgré ceci, le jeu n’est pas mauvais, d’où la frustration ressentie à partir de la dizaine d’heure de jeu. Le matériel et les idées de bases sont prometteuses mais la réalisation trop facile, peu créative. Omega Force a parié sur une méthode éprouvée et l’a jouée petit bras pour produire un jeu sans aucune prise de risque.

aot-6

Le jeu a été testé sur une version presse fournie par l’éditeur.

Points positifs

  • Les déplacements tridimensionnels
  • Respect de l'identité et de l'histoire du manga
  • Gameplay dynamique

Points négatifs

  • Trop répétitif
  • Graphismes faiblards
  • Quêtes secondaires et inventaire sans intérêt
  • Progression trop dirigiste
5
Wanerlemotu

Ecrit par : Wanerlevner

Soyez le premier à donner votre avis !

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces