Les pépites de la rédaction vous présentent : State of Decay 2

Les pépites de la rédaction State of decay 2 SuccesOne.fr

Le printemps arrive à grands pas et mon envie d’exploser de vilains zombies resurgit comme mon allergie au pollen ! Ainsi je vais vous parler de State of Decay 2. Ce jeu sorti initialement le 22 mai 2018 sur Xbox One et PC qui va se refaire un petit lifting ce 13 mars. Cette mise à jour sera gratuite pour les possesseurs du jeu et du Xbox Game Pass dans toutes ses déclinaisons, car le titre est au sein de son catalogue depuis le premier jour. Le moment idéal pour relancer ce jeu sous-estimé, mais avec un lancement compliqué.

Et oui, car les petits gars du studio Undead Labs, ne chôment pas. Petit studio indépendant avant d’être racheté par Xbox, ils avaient sorti la première itération de State of Decay sur Xbox 360 et ensuite sur Xbox One et Windows dans une version améliorée. Malgré une mauvaise presse à ses débuts à juste titre, ce second volet s’est refait tout doucement en corrigeant bon nombre de bugs présents à sa sortie ; bien que certains soient encore plus ou moins présents, mais nous sommes loin de ceux du lancement. Le titre reste tout de même relativement jouable et fort plaisant une manette entre les mains.

Avant toute chose je tiens à signaler que malgré le support du Microsoft Xbox, il ne faut pas s’attendre à un jeu grandiose en matière de technologie. Le jeu tourne pourtant sur un Unreal Engine 4, mais le titre reste assez chiche visuellement parlant. Fort heureusement, le contenu du jeu sauve pour ma part la mise, car à l’heure où j’écris ses lignes, le jeu possède 3 grandes maps. Une autre carte viendra s’ajouter le 13 mars avec la mise à jour intitulé « Juggernaut Edition« . Ces dernières sont bien remplies de façon cohérente et organique. Ici pas de désert vide sur des kilomètres à la ronde, mais des cartes qui vivent au fil de vos actions. Le jeu offre également trois modes de difficultés pour un challenge toujours plus relevé.

Le jeu se parcoure avec une vue à la troisième personne avec la possibilité de jouer plusieurs personnages et de faire équipe avec un compagnon contrôlé par l’IA, un poil stupide, soyons honnête. L’aventure vous met dans la peau de ce binôme qui doit tout simplement créer une communauté tout en gérant l’approvisionnement de ses ressources, par exemple la nourriture, les médicaments, l’essence ainsi qu’un système de craft relativement intuitif. Vous devez à terme, élire un chef de bande, libre à vous d’être le Rick Grimes de vos terres, le terrifiant mais non moins charismatique Negan, un simple marchand en quête de rapprocher les communautés ou encore un bâtisseur, le choix vous appartient totalement.

State of Decay 2 offre aussi un mode multijoueur, que je vous conseille de faire en connaissance de cause, car les succès seront indisponibles pour le ou les joueurs invités, gros bémol pour les chasseurs de succès et parfaite incompréhension pour la communauté de State of Decay 2.

Il faudra survivre et faire grossir votre communauté et déménager au gré de votre avancée. Mais attention les ressources ne sont pas illimité. Si vous avez épuisé les ressources de votre carte (bon courage, car il y en a un paquet), vous pouvez changer de map et partir ailleurs.

Bien entendu, il y a une trame principale, mais au combien anecdotique à côté de cet énorme jeu bac à sable qu’est State of Decay 2, je n’en dirai pas plus sur la trame narrative, mais dite vous bien qu’une fois fini, vous pourrez conserver vos survivants et repartir de 0 avec leurs statistiques de end-game afin de recommencer et de choisir une autre fin différente parmi les 4 possibles.

Loin d’être parfait techniquement, aussi bien sur le plan des graphismes, qu’une IA des compagnons aux fraises par moment, mais aussi quelques aller-retour dus à la capacité de charge des sacs à dos et des véhicules assez limités, le jeu à une bonne ambiance. Notamment une fois la nuit tombée, le moindre bruit, aussi bien de pas que de fouille rapide, fera arriver sur vous des hordes de zombies. L’aspect infiltration est primordial, car vous n’aurez que rarement trop de ressources pour faire face à l’adversité, aussi bien humaine que non humaine.

Quand bien même vous n’avez pas trop envie de sortir en expédition une fois le soleil couché, vous allez très vite comprendre que vous n’avez pas le choix. Les nuits sont aussi longues que les journées, mais beaucoup plus dangereuses et partir trop loin sans véhicule s’avéra du suicide sans survivants aguerris.

Selon moi c’est la nuit que le jeu révèle ses vraies qualités. Armés de votre lampe torche qui n’éclaire même pas à deux mètres, vous pouvez tomber nez à nez avec un mort-vivant ou un pestiféré. Si ce dernier vous touche attention à votre santé, car vous allez développer de la fièvre issue de la peste sanglante qui peut s’avérer fatal si elle n’est pas guérie à temps. Sans parler des autres types de zombies encore plus forts que vous allez rencontrer au cours de vos expéditions.

Du côté des succès, le jeu en compte 62 en dehors des DLC. vous pouvez bien sûr les découvrir sur la fiche du jeu. Personnellement, je me suis consacré uniquement au jeu classique, pour le finir à 100 % en un peu plus de 50 heures, sans aucune réelle difficulté.

Il m’est difficile de dire que je n’ai pas aimé jouer à State of Decay 2, mais il m’est arrivé de m’ennuyer au fil de mes différentes parties pour obtenir le 100 % sur le jeu vanilla, car oui vous allez très vite comprendre les mécanismes du titre et cela peut être redondant lors du troisième ou quatrième run.

J’ai parcouru le jeu uniquement en solo, alors que partager une aventure ou deux avec un ami aurait peut-être rendu le jeu plus épique et surtout plus fun. Lors de ma première partie, j’ai vraiment apprécié l’aspect survie et sentir le danger partout au court de mes explorations, savoir que la mort est définitive dans ce jeu vous permet de vous attacher à vos personnages. Mais comme mentionné plus haut, une fois les mécaniques du jeu assimilées, j’ai fini par rouler sur le jeu. J’aurais peut-être dû augmenter la difficulté, mais le principe reste le même en fin de compte.

Je vais donc attendre sagement le 13 mars cette mise à niveau du jeu pour faire les DLC cette fois. Mais si ce titre vous donne envie, retrouvez-le sur le store Microsoft au prix de 29,99 € et dans sa version boite sur Amazon actuellement à 19,79 €. La dernière solution qui s’offre à vous est le Xbox Game Pass afin de profiter du jeu de base en plus de la centaine de titres disponibles.

Oxor

Ecrit par : OxorTv

Rédacteur

1 Commentaire :

Rejoindre la discussion
  1. Alexandre Croquet

    Le jeu est assez sympa dans l’ensemble, quelques bugs chiant mais par contre injouable en coop chez moi…
    J’espère qu’avec la fibre ça ira mieux sinon je pourrais toujours pas y jouer avec mon ami, on verra à la fin du mois :/
    J’espère que le prochain corrigera tous ses défauts

Laisser un commentaire

SuccesOne.fr is an unofficial Xbox LIVE Service, it is in no way endorsed or affiliated to the Microsoft Corporation, Xbox, Xbox LIVE and any Xbox images are registered trademarks of their respected owners.
Politique de confidentialité

Derniers Tests

Actualités

Dernières Astuces